NOUVELLES
20/06/2017 04:44 EDT | Actualisé 20/06/2017 05:00 EDT

UE: la Macédoine veut aussi résoudre ses litiges avec la Bulgarie (Premier ministre)

Comme avec la Grèce avec qui elle vient de relancer des discussions, la Macédoine veut surmonter ses différends historiques avec la Bulgarie dans la perspective d'une adhésion à l'Union européenne et à l'Otan, a annoncé mardi à Sofia son nouveau Premier ministre, Zoran Zaev.

"La Macédoine ferme un chapitre de nationalisme et de haine et ouvre un chapitre de son avenir européen", a déclaré le dirigeant social-démocrate à l'occasion d'une rencontre avec son homologue bulgare Boïko Borissov, pour sa deuxième visite à l'étranger depuis sa prise de fonctions le 1er juin, après Bruxelles.

M. Zaev a assuré que la signature d'un traité bilatéral d'amitié et de coopération réclamé par la Bulgarie depuis 2009 était prévue pour le 2 août dans le cadre d'une visite de M. Borissov à Skopje.

Premier Etat à avoir reconnu l'indépendance de la Macédoine, le 15 janvier 1992, la Bulgarie considère néanmoins que les Macédoniens slaves sont d'origine bulgare et ne reconnaît pas de minorité macédonienne sur son sol.

Sofia souhaite voir garantie par traité une non-ingérence dans ses affaires intérieures par Skopje, alors qu'un article dans la constitution macédonienne stipule que "la République veille à la situation et aux droits des citoyens des pays voisins d'origine macédonienne".

La Bulgarie, qui présidera le Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2018, s'est engagée en échange à soutenir la perspective euro-atlantique de la Macédoine.

En signe de bonne volonté, M. Zaev s'est incliné, avec Boïko Borissov, devant le monument du roi Samouil (997-1014), le dernier roi bulgare, selon Sofia, ou macédonien, selon Skopje, avant l'établissement d'une domination byzantine.

Depuis Sofia, M. Zaev a par ailleurs tenu à adresser "un message important d'amitié à la Grèce". "Il nous faut l'aide et le soutien de la Grèce", a-t-il souligné.

Skopje a relancé le 14 juin ses discussions avec Athènes pour régler la querelle du nom de l'ex-république yougoslave. La Grèce conteste le nom de Macédoine qui appartiendrait, selon elle, au patrimoine historique grec. La Grèce bloque pour cette raison l'adhésion de Skopje à l'UE et à l'Otan.

M. Zaev a succédé le 1er juin au nationaliste Nikola Gruevski, après deux ans d'impasse politique en Macédoine.

vs/phs/pg