NOUVELLES
19/06/2017 23:42 EDT | Actualisé 20/06/2017 00:00 EDT

Tension accrue à Kaboul après le démantèlement d'un sit-in anti-gouvernmental: un mort

Au moins un manifestant a été tué et six blessés lors du démantèlement nocturne du dernier campement des protestataires réclamant la démission du gouvernement, selon les autorités à Kaboul où les réseaux sociaux ont relayé des appels à manifester mardi.

Selon le chef de l'exécutif Abdullah Abdullah, au moins un manifestant a été tué et six blessés par les forces de l'ordre, qui ont ouvert le feu à plusieurs reprises pour contraindre les manifestants à lever le camp.

M. Abdullah évoque "un incident malheureux" et affirme qu'une enquête est en cours. "Si c'est intentionnel, il sera traité selon la loi. Ce type d'incidents entame la confiance de la population dans le gouvernement," a-t-il souligné.

Selon une source diplomatique, certains des manifestants étaient également armés. Des grenades ont été lancées, a entendu l'AFP.

Les protestataires relaient depuis l'aube sur les réseaux sociaux des appels à manifester mardi dans le centre-ville, après cette évacuation violente au cours de laquelle "une dizaine de personnes ont été arrêtées", affirme sur Twitter un des manifestants, Ramish Noori.

Leur tente, démantelée à l'aide de camions et bulldozers, abritait le dernier d'au moins six sit-in entamés début juin en centre-ville en réaction à la mort de plusieurs manifestants anti-gouvernementaux tués par la police.

Le 1er juin, lors d'une manifestation réclamant la démission du gouvernement, accusé d'être "incapable d'assurer la sécurité" après un attentat au camion piégé ayant fait plus de 150 morts à Kaboul la veille, la police avait ouvert le feu sur la foule, tuant quatre personnes.

"Une fois de plus, le gouvernement se rend coupable de violation des droits humains, mais nous ne resterons pas silencieux" a prévenu mardi un des chefs de file du mouvement, Haroon Mutaref, qui appelle à "se lever pour le changement".

Un autre suggère que "si on ne nous laisse pas descendre dans la rue, protestez depuis chez vous, montez sur les toits pour réclamer que ça change".

emh-ach/cnp