NOUVELLES
20/06/2017 04:53 EDT | Actualisé 20/06/2017 05:00 EDT

Le ministre du Budget espagnol défend la présomption d'innocence de Ronaldo

Le ministre espagnol du Budget Cristobal Montoro a appelé mardi les médias à respecter la présomption d'innocence de l'attaquant du Real Madrid Cristiano Ronaldo, convoqué en vue d'une mise en examen pour fraude fiscale présumée.

"Ce qui est très important à mes yeux, c'est d'insister sur le fait que personne n'est un délinquant s'il n'est pas condamné. C'est pourquoi il faut appliquer le principe de présomption d'innocence dans tous les domaines", a déclaré Cristobal Montoro en conférence de presse, questionné sur le traitement médiatique de cette affaire.

L'attaquant portugais du Real Madrid est visé depuis mi-juin par une plainte du parquet, qui le soupçonne d'avoir créé une structure en 2010 "pour dissimuler au fisc les revenus générés en Espagne par les droits à l'image", à hauteur de 14,7 millions d'euros.

Mardi matin, le président du Real Madrid, Florentino Perez, déclarait dans les colonnes du journal ABC: "Il ne mérite pas qu'on le traite comme un délinquant".

Ne pas respecter la présomption d'innocence "n'est pas digne d'une société moderne, d'un Etat de droit, ça n'a aucun sens et il faut demander beaucoup plus d'équilibre", a ajouté Cristobal Montoro, peu avant que l'on apprenne la convocation du Portugais par la justice espagnole.

Il a cependant affirmé que les protagonistes du milieu du sport devaient être "exemplaires" et "particulièrement scrupuleux dans l'accomplissement de leurs obligations fiscales" parce que leurs actes "irradient sur toute la société, par exemple sur la jeunesse, les enfants".

Cristiano Ronaldo, mentionné dès décembre dans le cadre de l'investigation "Football Leaks" sur les pratiques fiscales du monde du foot, menée par plusieurs médias européens, avait évoqué en janvier une "campagne" médiatique contre lui.

av/mck/chc