NOUVELLES
20/06/2017 17:55 EDT

États-Unis : une élection partielle très suivie en Géorgie

Les électeurs de la Géorgie se rendaient aux urnes, mardi, pour décider de l'issue de l'élection la plus dispendieuse de l'histoire des États-Unis pour un poste à la Chambre des représentants.

La républicaine Karen Handel tente de conserver le siège qui est aux mains de son parti depuis 1979, alors que le démocrate Jon Ossoff cherche à le lui ravir afin de donner le ton aux élections de mi-mandat qui auront lieu l'an prochain.

Ce face-à-face fait figure de test pour mesurer la popularité du Parti républicain dans la foulée de l'élection de Donald Trump à la présidence du pays.

Des partisans des deux candidats se sont dits soulagés, mardi matin, que cette campagne se termine enfin, après des semaines à solliciter les électeurs par téléphone, à faire du porte-à-porte et à voir des millions de dollars s'envoler en publicité.

Jon Ossoff, âgé de 30 ans, a déjà travaillé au Congrès américain avant de devenir documentariste.

Bien qu'il soit devenu, au fil de cette course, un symbole du mouvement d'opposition à Donald Trump, M. Ossoff ne mentionne presque jamais le nom du président. Le candidat démocrate parle plutôt de « restaurer le civisme » et de l'importance du travail effectué par le Congrès.

Dans ses discours, il fait également souvent le choix de ne pas nommer son adversaire, Karen Handel, une ancienne haute fonctionnaire de l'État de la Géorgie, soulignant plutôt son « leadership empreint de fraîcheur » qu'il oppose aux « politiciens de carrière ».

Mme Handel, âgée de 55 ans, mentionne plutôt à grands traits son expérience politique. « Vous me connaissez », lance-t-elle, ajoutant que M. Ossoff n'a aucune expérience en tant qu'élu.

Karen Handel est aussi connue pour avoir été à la tête de la Fondation Susan G. Komen en 2012, lorsque l'organisation a décidé de couper le financement qu'elle offrait à Planned Parenthood, qui assure des services de planification familiale, dont le recours à l'avortement.

Le président Trump s'est exprimé en faveur de la candidate du Parti républicain dans une série de commentaires publiés sur Twitter en matinée.

Il a notamment écrit que M. Ossoff allait augmenter les taxes, qu'il n'a pas de position ferme contre la criminalité et qu'il n'habite même pas dans le district dans lequel il se présente.

Donald Trump a également fait valoir que Mme Handel est une femme travaillante qui va se battre pour maintenir le fardeau fiscal le plus bas possible, offrir des soins de santé de qualité et renforcer la sécurité.