NOUVELLES
20/06/2017 08:12 EDT | Actualisé 20/06/2017 08:20 EDT

Divorce: des cardinaux conservateurs relancent la charge contre l'ouverture du pape

Un an après les ouvertures du pape en faveur de la communion de certains divorcés remariés, quatre cardinaux conservateurs sont repartis à la charge avec une nouvelle lettre dénonçant une atteinte à l'unité de l'Eglise catholique.

"Ce qui est un péché en Pologne est correct en Allemagne, ce qui est interdit dans l'archidiocèse de Philadelphie est licite à Malte, et ainsi de suite", s'insurge dans ce courrier Mgr Carlo Caffarra, signant aussi pour trois autres gardiens intransigeants d'un dogme millénaire, Raymond Burke, Walter Brandmüller et Joachim Meisner.

Rédigée le 25 avril, la lettre a été remise au pape début mai mais n'a eu aucune réponse, d'où la décision de ses auteurs de la rendre publique, rapporte le vaticaniste conservateur Sandro Magister, qui publie mardi le texte du courrier sur le site du magazine italien L'Espresso.

A l'automne, ces quatre cardinaux avaient déjà envoyé une lettre explosive au pape l'accusant d'avoir semé la confusion et exigeant en vain une réponse à leurs "doutes" sur ses recommandations sur la famille publiées en avril.

Dans ce texte le pape argentin assure vouloir ouvrir l'Eglise aux fidèles "en situation irrégulière", comme les divorcés remariés civilement, qui peuvent désormais dans certains cas recevoir la communion. Le discernement revient aux évêques, d'où les disparités locales.

Mais pour ces quatre cardinaux, le mariage catholique est indissoluble et toute relation avec un nouveau conjoint un péché mortel d'adultère.

Ils s'insurgent ainsi contre "l'accès à la Sainte Eucharistie de ceux qui vivent objectivement et publiquement dans une situation de péché grave, et qui comptent y rester", mais aussi contre "une conception de la conscience morale contraire à la tradition de l'Eglise".

Les quatre cardinaux évoquent une "situation grave, dans laquelle de nombreuses communautés chrétiennes sont en train de se diviser", et demandent à nouveau au pape une audience qu'il ne leur a pas accordée depuis des mois.

Appuyant leur propos, M. Magister évoque les disparités entre un document annoncé par les évêques de Pologne qui ouvrira la communion aux divorcés remariés s'ils vivent "comme frère et soeur", la récente "lettre pastorale" des évêques belges officialisant en revanche la pratique déjà en cours dans tout le pays ou encore une cérémonie publique en Argentine où un évêque a donné lui-même la communion à 30 couples.

fcc/ob/gde