NOUVELLES
20/06/2017 18:54 EDT | Actualisé 20/06/2017 19:00 EDT

Brevets: nouvelles accusations d'Apple contre Qualcomm (presse)

Apple a porté mardi de nouvelles attaques contre le fournisseur de puces Qualcomm, l'accusant de faire payer pour des brevets qui ne sont pas valables, nouvelle étape d'une vaste bataille judiciaire entres les deux groupes, selon le Wall Street Journal.

La firme de Cupertino avait attaqué Qualcomm en janvier aux Etats-Unis, l'accusant de l'avoir "surfacturée de plusieurs milliards de dollars" grâce à des pratiques anticoncurrentielles sur des licences d'utilisation de brevets, tout en réclamant des dédommagements. Apple avait déposé quelques jours plus tard deux plaintes similaires contre Qualcomm en Chine.

Le groupe est désormais plus précis, selon le Wall Street Journal, qui cite un document présenté mardi au tribunal en Californie : certains brevets de Qualcomm ne sont pas valables car ils sont en conflit avec des brevets qui existent déjà, tandis que d'autres ne sont pas de caractère essentiel pour la technologie des appareils mobiles.

Selon un responsable d'Apple cité par le journal, le groupe souhaite "mettre en lumière le fait que (Qualcomm) veut faire payer des licences pour des brevets qui ne sont pas identifiés et, pour les brevets qu'(Apple) a examinés, qui ne justifient certainement pas le genre de demandes (de redevances) qui sont faites".

Apple n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Qualcomm a réfuté ces nouvelles accusations dans un communiqué.

"Les innovations de Qualcomm sont au coeur de chaque iPhone et rendent possibles les usages et possibilités les plus importantes de ces appareils", selon le vice-président et responsable juridique du groupe Don Rosenberg cité dans le communiqué.

"Il est tout simplement faux de dire que Qualcomm cherche à engranger des redevances" indues pour ses licences, poursuit-il.

Après la première plainte d'Apple en janvier, en avril, Qualcomm l'avait en retour accusé de ne pas négocier de bonne foi concernant les redevances portant sur les brevets et d'abuser de sa position dominante sur le marché des smartphones pour réduire le montant de ces redevances qu'elle doit payer pour utiliser certains brevets et composants de Qualcomm pour ses iPhones.

jc/plh

APPLE INC.

QUALCOMM