NOUVELLES
20/06/2017 02:57 EDT | Actualisé 20/06/2017 03:00 EDT

Birmanie: un exorciste condamné à mort pour le meurtre de trois enfants

La justice birmane a condamné à mort mardi un homme pour avoir tué trois enfants lors d'un rituel d'exorcisme, une pratique répandue dans un pays qui reste très superstitieux et où les écoles de voyance fleurissent.

Après des décennies de répression par la junte militaire, les adeptes de la magie peuvent aujourd'hui pratiquer au grand jour.

L'homme avait battu à mort deux enfants en bas âge et un bébé de huit mois en octobre dernier dans la région de Rangoun, la capitale économique du pays, expliquant qu'ils étaient possédés par les forces du mal.

"Il a été condamné à mort aujourd'hui par le tribunal de district, ainsi qu'à une peine de sept ans de prison" pour le passage à tabac d'un autre enfant, a déclaré Myat Soe du tribunal à l'AFP.

La peine de mort continue à exister dans les textes birmans mais n'a pas été appliquée depuis des décennies. La peine est en principe commuée en 20 ans en prison.

Cette affaire avait choqué la Birmanie, très majoritairement bouddhiste. Astrologie et superstitions diverses font bon ménage avec la religion, et à l'entrée des pagodes, il n'est pas rare de voir des diseuses de bonne aventure avec pignon sur rue.

La junte au pouvoir dans le pays pendant des décennies a réprimé les adeptes de magie. Pourtant les généraux étaient eux aussi obsédés par cette science occulte, notamment le dictateur Ne Win.

Dans les années 1980, il a notamment fait changer tous les billets de banque pour leur accoler son numéro favori, créant une panique bancaire.

zz-cah-tib/dth/pag