NOUVELLES
19/06/2017 22:54 EDT | Actualisé 19/06/2017 23:00 EDT

Bahreïn: une personne tuée dans une attaque à la bombe (autorités)

Un personne a été tuée dans une attaque à la bombe dans un village chiite près de Manama, ont indiqué mardi les autorités bahreïnies qui ont également annoncé l'arrestation de suspects dans le meurtre d'un policier.

Selon le ministère de l'Intérieur, le corps d'une personne, qui n'a pas été identifiée, a été retrouvé lundi dans une ferme du village chiite de Hajar et sa mort est due à une attaque à la bombe.

Les autorités bahreïnies ont parallèlement annoncé l'arrestation de "plusieurs suspects" liés au meurtre d'un policier tué dans une attaque à la bombe dans un autre village chiite.

"Les procédures juridiques sont en cours pour déférer ces personnes devant le procureur général", ont indiqué les autorités sans préciser leur nombre.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un policier en patrouille avait été tué et deux autres blessés dans un attaque "terroriste" dans le village de Diraz, selon les autorités.

Des témoins avaient fait état d'une forte explosion dans le village.

Cinq manifestants avaient été tués le 23 mai à Diraz lorsque la police avait ouvert le feu sur des manifestants protestant contre le démantèlement d'un sit-in autour de la demeure du chef spirituel des chiites de Bahreïn, cheikh Issa.

Ce dignitaire, critique de la politique du régime, a été condamné à un an de prison avec sursis pour collecte illégale de fonds et blanchiment d'argent.

Siège de la Ve flotte américaine, le petit royaume de Bahreïn est secoué par des manifestations ou accrochages sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et estime être discriminée.

Des dizaines de chiites, dont de nombreux opposants, ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour des violences ayant accompagné le mouvement de contestation.

Les autorités nient toute discrimination envers les chiites et accusent régulièrement l'Iran chiite de s'ingérer dans les affaires de Bahreïn, ce que Téhéran dément.

bur/ny/hj/vl