Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Première mission accomplie pour la Russie à la Coupe des confédérations

La Russie a réussi son entrée dans « sa » Coupe des Confédérations qu'elle organise, en dominant logiquement la modeste Nouvelle-Zélande (2-0), lors du match d'ouverture samedi à Saint-Pétersbourg.

Devant les 50 000 spectateurs du stade Krestovski tout neuf, qui n’a donc pas fait le plein pour son premier match international (68 000 places), les joueurs de Stanislav Tchertchessov n’avaient pas le droit à l’erreur.

Leurs prochains adversaires, le Portugal le 21 mai et le Mexique le 24 mai, seront d’une autre envergure que les Néo-Zélandais, qui n’ont été dangereux qu’une minute par une belle frappe de Ryan Thomas puis une tête de Tommy Smith (78e).

Mais plus que le résultat, c’est l’envie et le jeu proposés par les Russes qui rassureront les supporters de la Sbornaïa.

Avec Fyodor Smolov et Dmitry Poloz, la Russie a aussi trouvé deux avants-centres dont les appels incessants et l’aisance technique ont fait mal aux « All White ». Le second nommé est d’ailleurs à l’origine du premier but russe.

Sur une récupération aux 30 mètres d’Aleksandr Erokhin, la déviation astucieuse du petit attaquant de Rostov lançait Denis Glushakov qui effaçait le gardien avant de pousser comme il le pouvait le ballon dans le but néo-zélandais.

Dans la confusion, le but sera attribué à Michael Boxall contre son camp (31e), mais il concrétisait la domination des Russes.

Après 10 minutes de jeu, ceux-ci avaient déjà vu deux occasions repoussées sur la ligne, sur une tête de Viktor Vasin sur le poteau (7e) puis sur un beau mouvement de Poloz (9e).

La seconde mi-temps repartait sur de mêmes bases. Par une belle tête (48e), puis une frappe enroulée à ras de terre (53e), Poloz mettait deux fois le gardien néo-zélandais Stefan Marinovic, qui évolue en troisième division allemande, à contribution.

Puis Smolov voyait ses efforts récompensés à la réception d’un centre d’Alexander Samedov (69e) après une action qu’il avait lui-même amorcée depuis la ligne médiane.

Mais les Russes devront encore gommer quelques défauts, à commencer par un certain excès de facilité en défense qui pourra avoir d’autres conséquences face au Mexique ou au Portugal.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.