DIVERTISSEMENT
17/06/2017 12:35 EDT

Chocolat aux Francos: Deep'n Delicious

Chocolat - Facebook

Le groupe montréalais Chocolat a proposé son rock bouillonnant, vendredi soir, sur la scène Ford des FrancoFolies.

Les morceaux des deux plus récents albums du groupe - Rencontrer Looloo (novembre 2016) et Tss Tss (2014) - ont été à l’honneur durant les 60 minutes de la prestation qui a filé à vive allure.

Menée par l’auteur, compositeur et guitariste-chanteur Jimmy Hunt, la bande de musiciens (le guitariste Emmanuel Éthier, le claviériste Christophe Lamarche-Ledoux, le bassiste Ysaël Pépin et le batteur Evan Sharma) a craché son énergique musique sans préambule. Il faut le dire, les membres de la formation jasent rarement dans un concert de Chocolat.

Batterie à plein régime, riffs de guitares pesants avec quelques délires, çà et là, Gabrielle est passée comme un coup vent. D’ailleurs, ce prénom est à peu près le seul mot qu’il nous a été possible de saisir durant la pièce.

La chanson Méfiez-vous du Boogaloo, elle, s’est avérée plus nuancée, tant au niveau de l’instrumentation que de la voix rêvasseuse de Hunt. Mentionnons le bon buzz au clavier. Vraiment, l’ingénieux Christophe Lamarche-Ledoux pousse encore plus loin le vaisseau Chocolat.

Quelques minutes après, le millier ou deux de spectateurs rassemblés devant la scène a eu droit à une salve de notes tirées par le quintette.

Et quand on a eu l’impression que Chocolat n’avait qu’une vitesse, le groupe a surpris avec un morceau plus «délicat», avec des arrangements qui ont fait tanguer quelques corps sur le parterre.

Après la cinquième pièce, le chanteur a pris une toute petite pause pour essayer d’entrer en dialogue avec son public : «Salut. On dit souvent qu’on ne parle pas beaucoup dans les shows. J’avais écrit quelque chose sur un papier. Évidemment, je ne l’ai pas. Mais je m’en rappelle pas mal. Ça va ?... Cool.»

Rien de plus, rien de moins. Et voilà que Les pyramides s’imposaient au peuple. Au diable la conversation.

chocolat

À Burn Out (premier morceau joué qui est issu du plus récent disque), on a senti que le groupe touchait vraiment la cible. Tout en avant de la foule, un peloton de tripeux s’est mis à sautiller.

D’un trait, Chocolat a enchaîné avec Retrouver Looloo, une quête pour le moins déterminée.

«Aaaaaaaah, aaaaah, aaaaah, ouuuh, ouuuuh, ouuuuh, voilà qu’est arrivée l’ère du Golden Age. Tout comme dans une pièce précédente, Lamarche-Ledoux a délaissé le clavier pour jouer du saxophone.

Juste après, changement de ton avec Mars. C’était contemplatif, c’est soleil… et galactique.
À la suite d'un bref problème de tuning, Chocolat a attaqué avec une petite bombe, Ah ouin, l’une des plus groovy et accrocheuse composition des deux derniers albums. «Sexy».

Le Faucon, le chacal et le vaisseau spatial, titre tout autant loufoque que sympathique, a clôt le concert. La fin du morceau semblait toutefois s’étirer jusqu’à l’infini, à notre bonheur. Très long moment durant lequel les gars se sont payé un solide jam.

Un coup le spectacle terminé, on a réalisé que ce mélange adroitement «négligé» de rock’n’roll, de hard, de metal, de surf, de punk, de faux psychédélique crotté (quand les étiquettes ne suffisent pas…) garde vraiment bien éveillé. Du bon rock original qui captive en même temps qu’il divertit.

Autre constatation : comme sur les albums Tss Tss et Rencontrer Looloo, Hunt n’a pas lésiné sur le «mâchouillement» des paroles. À sa défense, on doit mentionner que c’est une sorte de signature de la formation, mais aussi de son travail solo. Rien de surprenant ; c’est la musique qui prime pour les gars de Chocolat. Les paroles minimalistes des chansons servent d’abord à évoquer, à laisser libre cours à un univers musical dense, mais savoureusement flyé.

À réentendre absolument dans une salle qui dispose d’une bonne sonorisation… Question de capter davantage les subtilités.

Voici avec plus ou moins d’exactitude les chansons proposées : 

Gabrielle (EP)
Méfiez-vous du Boogaloo (Tss Tss)
Interlude (Tss Tss)
Apocalypse (Tss Tss)
Mèche (Tss Tss)
Les Pyramides (Rencontrer Looloo)
Burn Out (Tss Tss)
Retrouver Looloo (Rencontrer Looloo)
Golden Age (Rencontrer Looloo)
Mars (Rencontrer Looloo)
Ah ouin (Rencontrer Looloo)
Le Faucon, le chacal et le vaisseau spatial (Rencontrer Looloo)

Voir aussi:

Galerie photoPlaylist d'automne: 6 albums québécois à surveiller Voyez les images