Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

On pourra appeler ces patates des «pommes de Lune»

Potato reflection
Potato reflection

Il y a deux ans, Matt Damon nous montrait comment faire pousser des pommes de terre sur la planète rouge, dans le film Seul sur Mars de Ridley Scott. Mais dès 2018, il se pourrait bien que des patates poussent réellement ailleurs que sur Terre. Des chercheurs chinois ont en effet annoncé qu'ils allaient tenter de cultiver le tubercule sur la Lune, rapporte la BBC.

Pour réaliser un tel exploit, la Chine mise sur... les vers à soie. Lors d'une conférence sur l'exploration spatiale, couverte par plusieurs médias chinois, les scientifiques ont expliqué vouloir envoyer un petit cylindre de 3 kg et 18 cm à la surface de la Lune.

Dans celui-ci, des graines de pommes de terre... mais aussi des oeufs de vers à soie. Objectif: en se développant, les oeufs vont générer du dioxyde de carbone, consommé par les patates qui vont produire de l'oxygène... consommé par les oeufs.

Avec cet écosystème élémentaire, les chercheurs espèrent réussir à cultiver des pommes de terre lunaires. L'événement devrait être filmé et retransmis en direct sur la Terre. Le mini potager devrait partir dans l'espace à bord du vaisseau Chang'e 4, qui sera lancé en 2018 et permettra surtout d'emmener un rover sur la face cachée de la Lune.

L'objectif de l'expérience, à long terme, est d'imaginer des moyens de produire facilement des aliments pour des astronautes stationnant sur notre satellite ou sur d'autres planètes du système solaire. La Chine n'est d'ailleurs pas la seule sur le coup. Récemment, des scientifiques ont affirmé qu'il était possible de cultiver des pommes de terre dans un environnement martien.

VOIR AUSSI :

Si nos planètes remplaçaient la lune

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.