NOUVELLES
10/06/2017 06:33 EDT | Actualisé 10/06/2017 06:40 EDT

Syrie: l'armée contrôle plus de 20% d'un désert hautement stratégique

Les forces du régime de Bachar al-Assad contrôlent désormais plus de 20% du stratégique désert syrien, après avoir atteint la frontière irakienne pour la première fois depuis 2015, a annoncé l'armée samedi.

Le désert de la Badiya, d'une superficie de 90.000 km2, s'étend du centre de la Syrie vers l'est et le sud-est en direction des frontières avec l'Irak et la Jordanie.

Depuis 2015, la quasi totalité de la Badiya était aux mains du groupe Etat islamique (EI). Mais ces derniers mois, la moitié du désert est passée aux mains du régime et des rebelles soutenus par les Etats-Unis.

Vendredi, l'armée a atteint la frontière avec l'Irak, une première depuis deux ans.

"En coopération avec nos alliés, nos unités ont pris le contrôle de nombreux sites et de positions stratégiques dans la Badiya, soit une zone d'environ 20.000 km²", a déclaré samedi le commandement général de l'armée.

"Cette avancée représente un tournant stratégique dans le combat contre le terrorisme et un tremplin pour étendre les opérations militaires dans la Badiya et le long des frontières avec l'Irak", a poursuivi ce communiqué diffusé par les médias d'Etat.

L'agence officielle Sana avait indiqué vendredi que des unités de l'armée avaient pris position au nord-est de la garnison d'Al-Tanaf, actuellement utilisée par la coalition anti-EI dirigée par les Etats-Unis pour entraîner des rebelles syriens à combattre les jihadistes.

La coalition a établi une zone dite "de désescalade" de 55 kilomètres autour de la base d'Al-Tanaf en décrétant que les forces russes et syriennes n'avaient pas le droit d'y pénétrer.

La région a été le théâtre de plusieurs accrochages ces derniers jours entre les forces du régime et celles soutenues par la coalition internationale.

Jeudi, la coalition a ainsi annoncé avoir abattu un drone appartenant probablement à des forces liées à Damas, et mis en garde contre une "escalade".

C'était la troisième fois en moins d'un mois que la coalition frappait des objectifs du régime dans cette zone.

"Nous mettons de nouveau en garde contre le danger d'attaques répétées de la dénommée coalition internationale et de ses tentatives d'entraver les avancées de l'armée syrienne et de ses alliés", a poursuivi le commandement.

rim/mjg/nos/sk/nbz