NOUVELLES
10/06/2017 11:20 EDT | Actualisé 10/06/2017 12:06 EDT

Qatar:Les propos de Donald Trump applaudis par les 4 États arabes qui font front

DUBAÏ, Émirats arabes unis — Les pays arabes qui ont cessé toute collaboration avec le Qatar ont salué samedi le soutien enthousiaste exprimé par le président américain Donald Trump lorsqu'il a appelé le pays du Golfe à cesser «le financement du terrorisme».

M. Trump s'est montré plutôt aligné avec l'Arabie Saoudite et ses alliés depuis qu'il est entré en fonction.

Ses commentaires de vendredi l'ont clairement positionné dans le camp de l'Arabie Saoudite, de l'Égypte, des Émirats arabes unis et du Bahreïn, lesquels ont coupé les ponts avec le Qatar cette semaine en l'accusant de promouvoir le terrorisme.

Prenant la parole depuis la roseraie de la Maison-Blanche, vendredi, M. Trump a soutenu que le Qatar «a, historiquement, été un bailleur de fonds du terrorisme à un niveau très élevé».

Il a ajouté que «le temps était venu d'appeler le Qatar à mettre fin à son financement».

Samedi, le ministre des Affaires étrangères de la Turquie — un allié du Qatar — a dit espérer que le fossé entre les «pays musulmans» allait s'amoindrir «à travers un dialogue pacifique avant la fête religieuse». Le ministre Mevlut Cavusoglu faisait ainsi allusion à l'Eif al-Fitr, jour de célébrations qui marque la fin du ramadan.

M. Cavusoglu a fait cette déclaration alors que son homologue bahreïni rencontrait le président turc à Ankara.

Le ministre a relevé qu'un accord conclu avec le Qatar en 2014 vise à mettre sur pied une base militaire turque pour soutenir la sécurité dans la région du Golfe.

À Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit que la Russie entreprendra tous les efforts possibles pour soulager les tensions. Il a fait cette remarque alors qu'il rencontrait son homologue qatari, Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, dans la capitale russe.

M. Trump a aussi proposé ses services de médiation cette semaine.

Dans une déclaration commune publiée samedi, les quatre États qui se sont ligués contre le Qatar ont salué le commentaire de soutien à leur blocus formulé par le président américain vendredi.

Dans un communiqué de la présidence égyptienne, on indique que le général Abdel-Fattah el-Sissi et M. Trump se sont entretenus au téléphone vendredi. Le dirigeant égyptien aurait remercié M. Trump pour son rôle dans la «formation d'un front uni pour combattre le terrorisme».

Quoi qu'il en soit, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a envoyé un tout autre message depuis Washington, appelant les pays voisins du Qatar à laisser place à «un dialogue calme et réfléchi».

Pendant ce temps, l'émir du Koweït tente d'apporter son aide dans la médiation.