NOUVELLES
10/06/2017 18:52 EDT | Actualisé 10/06/2017 19:00 EDT

Pyongyang a exporté zéro charbon en avril après le gel chinois (ONU)

Les exportations de charbon de la Corée du Nord ont été réduites à néant au mois d'avril, après la suspension par la Chine de ses achats de cette ressource pour accroître la pression sur son voisin doté de l'arme nucléaire, selon des données de l'ONU.

La Chine, principal allié diplomatique et partenaire commercial de Pyongyang, a annoncé en février qu'elle suspendait ses importations de charbon de Corée du Nord.

Pékin privait ainsi le régime reclus d'une source cruciale de devises étrangères au moment où il accélère ses programmes nucléaire et balistique controversés.

D'après des données publiées récemment sur le site du conseil de sécurité de l'ONU, le Nord a exporté en janvier 1,4 million de tonnes de charbon, d'une valeur de 126 millions de dollars, à un pays qui n'est pas nommé.

En avril, le chiffre s'est effondré à zéro.

Ces données, qui sont fondées sur des rapports volontaires fournis par les Etats membres, ne mentionnent pas explicitement la Chine.

Mais elles pourraient plaire à l'administration du président américain Donald Trump qui a appelé Pékin à user davantage de son influence sur Pyongyang pour réfréner ses ambitions militaires.

Les tensions sont élevées sur la péninsule coréenne.

Pyongyang a procédé à des dizaines de tirs de missiles et à deux essais nucléaires depuis le début 2016, en violation des résolutions de l'ONU qui lui interdisent tout programmes nucléaire et balistique.

La Chine a longtemps hésité à faire pression sur Pyongyang, n'ayant aucune envie d'assister à l'effondrement du régime et au chaos qui s'ensuivrait à la frontière.

Mais les derniers textes de l'ONU condamnant Pyongyang ont reçu le soutien de Pékin.

La dernière résolution du conseil de sécurité de l'ONU qui sanctionne une petite vingtaine de responsables et entités nord-coréens a été adoptée à l'unanimité.

Pékin a cependant renouvelé parallèlement son appel au dialogue pour apaiser les tensions.

En avril, les importations chinoises en provenance de Corée du Nord étaient tombées au plus bas en près de trois ans.

jhw/ev/laf