NOUVELLES
10/06/2017 07:42 EDT | Actualisé 10/06/2017 08:00 EDT

GP de Catalogne - MotoGP: Pedrosa est là, pas les Yamaha

L'Espagne réussit décidément à Dani Pedrosa, contrairement aux Yamaha... Le pilote Honda s'est offert samedi sa deuxième pole position cette saison, pour tenter au Grand Prix de Catalogne un remake du GP d'Espagne, début mai, où il s'était imposé en s'élançant en pointe.

Pour les +Yam+ officielles de son compatriote Maverick Vinales, en tête au Championnat du monde, et de l'Italien Valentino Rossi, encore convalescent après une chute de motocross voilà deux semaines, il n'y a par contre pas de quoi se réjouir.

En retrait dès les premiers tours vendredi, les deux pilotes, qui comptent parmi les favoris pour le titre, n'ont pu faire mieux que 9e et 13e des qualifications.

"L'équipe et moi-même avons fait un super job, s'est félicité Pedrosa, vainqueur en 2008 en Catalogne, où il est monté à huit reprises sur le podium en MotoGP. Nous avons essayé beaucoup de choses aujourd'hui, de nombreux réglages, c'est de bon augure pour la course."

- Espagne cinq sur six -

Outre le Catalan, la journée a été particulièrement favorable aux Espagnols, qui occuperont cinq des six premières places sur la grille dimanche.

Seul l'Italien Danilo Petrucci (Ducati Pramac), l'un des hommes en forme du moment après un podium en Italie la semaine dernière, est parvenu à s'intercaler à la 3e place, entre Jorge Lorenzo (Ducati) et Marc Marquez (Honda).

Le moins que l'on puisse dire est que le circuit catalan réussit à Lorenzo, qui y compte six podiums dans la catégorie reine, dont quatre victoires (2010, 2012, 2013 et 2015), et est parti en première ligne lors des huit dernières éditions.

Marquez est capable du meilleur (trois podiums en MotoGP, dont une victoire en 2014) comme du pire (abandon en 2015) devant son public. Il en a encore fait la démonstration samedi en chutant à quatre reprises, dont deux en qualifications, après avoir dominé chacune des trois séances d'essais.

Son exemple faisait dire à l'expérimenté patron de Tech3, Hervé Poncharal, au micro d'Eurosport, qu'"une course de fou" s'annonçait dimanche. "Tout le monde fait de petites erreurs, a-t-il noté. On a Marc Marquez qui a chuté plusieurs fois. Demain, on sera comme sur des oeufs, comme sur du verglas."

- Retour au tracé de 2016 -

La course sera finalement disputée sur le tracé de 2016, a décidé vendredi soir la commission de sécurité. La modification des derniers virages (et notamment de la chicane) suite à l'accident mortel de l'Espagnol Luis Salom lors des essais libres de Moto2 en 2016 n'a en effet pas convaincu les pilotes.

"Ils ont indiqué que les travaux n'avaient pas été faits correctement et qu'il y avait beaucoup de bosses, a expliqué Loris Capirossi, chargé de la sécurité de ces derniers. C'est pour cette raison qu'il a été décidé de revenir au tracé de la saison passée."

"Durant les essais (vendredi), nous avons également vu de nombreuses chutes au cours desquelles la moto restait sur la piste, ce qui est très dangereux en sortie de virage. Nous avons déjà expérimenté l'ancienne chicane et nous n'avions pas eu autant d'incidents", a-t-il poursuivi.

Dans les catégories inférieures, deux autres Ibériques ont décroché la pole: Alex Marquez (Kalex), petit frère de Marc, en Moto2 et Jorge Martin (Honda) en Moto3.

pel/ps

YAMAHA MOTOR

VOLKSWAGEN