DIVERTISSEMENT
10/06/2017 01:33 EDT | Actualisé 10/06/2017 01:34 EDT

Yann Perreau, la tête dans les étoiles aux FrancoFolies (PHOTOS)

Benoit Rousseau

Yann Perreau et le pianiste Alex McMahon ont été réunis de nouveau vendredi soir pour célébrer les 10 ans du fameux spectacle Perreau et la Lune. Les deux artistes inauguraient ainsi aux FrancoFolies la première date d’une tournée anniversaire aux accents nostalgiques à la Cinquième salle de la Place des Arts.

Cette année, le chanteur vit les FrancoFolies à fond. En plus d’une participation à l’hommage à Richard Desjardins dimanche et un concert le lendemain, reprenant notamment le répertoire de son cinquième album, Le fantastique des astres, le poète musicien a fêté hier en toute intimité son célèbre spectacle devant un public accroc à sa voix et à ses mots.

En 2007, le jeune homme présentait au Théâtre Quat’Sous sa création intitulée Perreau et la Lune qui lui vaudra une nomination à l’ADISQ pour le spectacle de l’année et le Félix pour la meilleure mise en scène. Les années ont passé, mais l’amitié est demeurée. Dix ans plus tard, le duo Perreau-McMahon s’est retrouvé hier avec la même énergie et surtout la même camaraderie dans un florilège de titres oniriques.

Crooner et cabotin

Et il faut le dire, c’est toute une bête de scène ce Yann Perreau! Dès son entrée, le chanteur a mis la table pour un spectacle incarné et rempli de clins d’œil avec en toile de fond Sweet Dreams de Patsy Cline. Merveilleux hasard du calendrier, la lune était pleine hier soir pour Perreau et la Lune. «C’est une pure coïncidence», a juré l’artiste visiblement ravi de l’effet.

Tantôt langoureux (Pousse moi des ailes), tantôt crooner (Soul Circus), le chanteur a multiplié les situations entre danses libérées et interprétations autour du micro. Perreau ne s’est privé de rien. On l’a vu en solo pour J’ai demandé à la lune du groupe Indochine, livrée a capela (tout un ver d’oreille…). Ensuite, on l’a retrouvé en tandem avec le génial McMahon, installé au piano à queue. Les deux ont parfois alterné, l’un prenant la place de l’autre. En agrippant un autre clavier, les musiciens ont offert des morceaux aux notes électro-pop (Guerrière).

Les chansons se sont enchaînées à un rythme fou oscillant entre ballades (Elle préfère les voyous, Triste poupée) et morceaux plus planants (Hymne à la lune, La planète est une île). L’ambiance sur la scène était aussi à la plaisanterie. Élégant et cabotin, Perreau était ici chez lui comme un grand garçon près à toutes les aventures aériennes quitte à décrocher les astres.

Galerie photo Yann Perreau FrancoFolies 2017 Voyez les images