Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Woods accepte la décision des Alouettes

Bear Woods a rejoint les Argonauts, jeudi, et il est déjà à l'aise au sein d'une formation qui compte plusieurs anciens membres des Alouettes de Montréal, dont l'entraîneur-chef Marc Trestman et le directeur général Jim Popp.

« Il y a beaucoup de visages familiers, a noté Woods, avant le match préparatoire remporté 24-20 par les Torontois. Leur philosophie ressemble à la mienne : cours et frappe. »

Woods s'est entendu avec les Argonauts après avoir été libéré par les Alouettes. Le divorce avec l'équipe montréalaise en a surpris plusieurs, surtout qu'il est survenu au début du deuxième jour du camp d'entraînement. Le secondeur intérieur a été nommé joueur défensif par excellence de la Division est en 2014 et 2016.

« Oui, j'étais surpris, mais quand vous êtes rendus à l'âge de 30 ans et que vous connaissez l'univers du football professionnel, il faut s'attendre à l'inattendu, a-t-il affirmé. Les Alouettes m'ont dit qu'ils voulaient rajeunir la défense, et je vous cite exactement leurs propos. »

« Je leur ai répondu que je croyais être relativement jeune au sein de cette défense », a ajouté Woods.

En 6 campagnes avec les Alouettes, l'Américain a réussi 232 plaqués, 12 sacs du quart et 3 interceptions, en plus de provoquer 6 échappés. Il a terminé au 2e rang de la Ligue canadienne de football (LCF) la saison dernière avec 126 plaqués.

Woods a affirmé ne pas en vouloir aux Alouettes ou au directeur général recrue Kavis Reed.

« Le moment n'était pas idéal pour ma famille, mais j'imagine qu'il n'y a pas de bon moment pour ce genre de choses. J'ai dit à Kavis que j'allais continuer à prier pour lui, je lui ai fait l'accolade et j'ai quitté son bureau, a déclaré Woods.

« Dans le monde des affaires, tout le monde a une opinion sur ce qui est bon ou mauvais. Mais aujourd'hui, je suis un membre des Argonauts, je continue à jouer au football au Canada et ça, c'est super. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.