NOUVELLES
08/06/2017 10:57 EDT | Actualisé 08/06/2017 11:40 EDT

Le témoignage fleuve de l'ex-chef du FBI James Comey

L'ancien directeur du FBI James Comey a livré jeudi un témoignage accablant contre Donald Trump, devant la commission du Renseignement du Sénat, sur les conditions de son limogeage et les interventions du président américain dans l'enquête russe.

Voici les principaux points de ce témoignage fleuve qui a duré environ deux heures et quarante minutes:

- Pas d'ordre explicite -

"Non" a répondu James Comey à la question de savoir si le président Trump lui avait demandé d'arrêter l'enquête du FBI sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016.

Il assure cependant que Donald Trump lui a dit "J'espère que vous pourrez trouver une façon d'abandonner cela, de lâcher (Michael) Flynn", un personnage central de l'affaire russe.

"Je l'ai interprété comme une instruction. Il est le président des Etats-Unis, seul avec moi, il dit qu'il espère ceci, je l'ai interprété comme une demande de sa part."

"J'étais tellement stupéfait par la conversation que j'en suis resté bouche bée", a-t-il dit.

- Entrave à la justice ? -

"Je ne pense pas que ce soit à moi de dire si la conversation que j'ai eue avec le président était une tentative d'obstruction. Je l'ai pris comme quelque chose de très dérangeant mais je suis sûr que le procureur indépendant" nommé par le ministère de la Justice sur l'affaire russe, Robert Mueller, "travaillera à cette conclusion pour trouver l'intention et savoir si c'est un délit", a déclaré M. Comey.

- Les raisons de son limogeage -

"J'estime qu'il m'a limogé à cause de l'enquête russe". "Le but était de modifier la façon dont l'enquête sur la Russie était conduite. C'est très grave", a dit James Comey.

- 'Mensonges' -

"Bien que la loi n'exige aucun motif pour renvoyer un directeur du FBI, l'administration a choisi de me diffamer, ainsi que le FBI, et c'est le plus important, en affirmant que l'agence était en déroute, qu'elle était mal gérée, et que les employés avaient perdu confiance dans leur directeur. Ce sont des mensonges purs et simples."

- Notes écrites -

L'ancien directeur du FBI a également indiqué avoir décidé de consigner par écrit tous ses échanges avec Donald Trump dès leur première rencontre en janvier.

"Je craignais honnêtement qu'il ne mente sur la nature de nos rencontres."

"J'ai choisi mes mots avec soin. J'ai vu les tweets sur les enregistrements. J'espère qu'il y a des enregistrements", a-t-il dit.

- Fuites à la presse -

"J'ai demandé à un de mes amis de remettre le contenu de mes notes à un journaliste. Je ne l'ai pas fait moi-même pour différentes raisons, mais je l'ai fait parce que je pensais que cela pousserait à la nomination d'un procureur spécial" indépendant, a dit M. Comey.

- La Russie -

James Comey a redit qu'il n'avait "aucun doute" sur l'interférence de la Russie dans l'élection américaine, et ce au plus haut niveau du gouvernement russe.

"Ils veulent saper notre crédibilité dans le monde. (...) Ils vont revenir parce que (...) nous sommes dans cette place au soleil et ils n'aiment pas ça", a dit M. Comey.

"La raison pour laquelle c'est une affaire grave est que nous avons un grand pays, désordonné, magnifique, dans lequel nous nous battons les uns contre les autres, mais personne ne nous dit quoi penser, sur quoi nous battre et pour qui voter (...) Ils s'en prennent à l'Amérique, que nous aimons tous de la même manière."

- Rendez-vous raté -

M. Comey a raconté le coup de téléphone de Donald Trump pour l'inviter à dîner en tête-à-tête à la Maison Blanche: "Il a dit +Est-ce que 18H30 vous convient?+. J'ai répondu +A votre convenance, monsieur+. Puis j'ai raccroché et j'ai appelé ma femme pour annuler notre rendez-vous. Je devais l'emmener dîner. Avec le recul, j'aime vraiment passer du temps avec ma femme. Je regrette de ne pas avoir dîné avec elle ce soir là."

kal/bdx