NOUVELLES
08/06/2017 11:59 EDT | Actualisé 08/06/2017 23:23 EDT

JO 2024: Los Angeles et Paris attendent avec impatience une réunion du CIO

GENÈVE, Suisse — Los Angeles et Paris pourraient toutes deux être plus près d'obtenir les Jeux olympiques à compter de vendredi.

À la veille d'une réunion clé de la commission exécutive du Comité international olympique (CIO), la capitale française est maintenant perçue comme la favorite à l'obtention des Jeux d'été de 2024. Cela ne veut pas dire que Los Angeles soit pour autant laissée pour compte.

La plus étrange course aux JO des 40 dernières années se précisera alors que la commission soupèsera la possiblité d'octroyer les JO 2028 en même temps que ceux de 2024, en septembre, au cours d'une réunion tenue à Lausanne.

Cette solution permettra de répondre aux souhaits du président du CIO, Thomas Bach, qui voudrait éviter de faire de l'une de ces deux métropoles une perdante à l'issue du scrutin. Cette proposition doit cependant être ratifiée par les membres votants du CIO.

En se rencontrant vendredi, la commission sera en mesure de donner le mois d'avis nécessaire qui permettra de donner les pouvoirs législatifs nécessaires à une autre réunion, aussi prévue à Lausanne, en juillet, où quelque 95 de ses membres doivent assister à la présentation des projets de Paris et Los Angeles.

Les membres du CIO devront tout de même voter l'attribution des JO 2024 à Lima, au Pérou, le 13 septembre, puisque la réunion de vendredi ne déterminera pas quelle ville obtiendra les Jeux d'été de 2024 et laquelle devra patienter quatre ans de plus.

Los Angeles a par contre laissé entrevoir la possibilité de céder le pas à Paris pour 2024. Si c'est le cas, elle aiderait le CIO à connaître une décennie d'accalmie après une turbulente période marquée par les débordements de coûts et le retrait de villes candidates de la course, que ce soit à la suite d'un vote populaire ou non.

«Pour être franc, LA 2024, n'a jamais été qu'à propos de Los Angeles ou de 2024, a déclaré par communiqué jeudi Casey Wasserman, président du comité de la candidature américaine. Même quand la possibilité d'une double attribution a été soulevée, nous n'avons jamais dit que c'était d'abord L.A, ou que c'était maintenant ou jamais. Nous n'avons jamais lancé d'ultimatum.»

Par contre, Paris a toujours prétendu que les terrains pour construire un Village olympique de 2,6 milliards $ CAN n'étaient garantis que pour 2024. Los Angeles, a souligné Wasserman, n'a pas utilisé pareille stratégie «parce que nous croyons qu'il est présomptueux de dire au CIO quoi faire et quoi penser. Nous sommes de meilleurs partenaires que cela».

La candidature parisienne n'a pas voulu répondre aux commentaire de Wasserman.

Le CIO préférerait qu'on en vienne à un consensus au lieu d'imposer une entente aux deux villes. Los Angeles pourrait être récompensée de sa flexibilité.

Les deux villes cherchent à organiser les Olympiques pour la troisième fois, ce que seule Londres a fait. Paris a été l'hôtesse en 1900 et 1924, tandis que Los Angeles a accueilli les JO en 1932 et 1984.

En plus de ce dossier, la réunion de vendredi établira les règles de candidature en vue des Jeux d'hiver de 2026, qui pourraient inclure ceux de 2030 si deux fortes candidatures sont soumises. La commission devrait également ajouter de nouvelles épreuves aux Jeux d'été de Tokyo, dont le basketball à trois contre trois. Certaines épreuves déjà au programme pourraient être abandonnées pour leur faire de la place après une consultation auprès des fédérations sportives olympiques.