NOUVELLES
08/06/2017 15:12 EDT | Actualisé 08/06/2017 23:23 EDT

James ne critique pas les Warriors pour avoir construit une équipe imbattable

CLEVELAND — LeBron James se doutait de ce qui pouvait se produire quand Kevin Durant a rejoint les rangs des Warriors de Golden State, une équipe en quête de revanche après avoir gagné 73 matchs avant d'échapper le championnat.

James était conscient du potentiel des Warriors, une des équipes les plus redoutables de l'histoire de la NBA.

Et même si ses Cavaliers de Cleveland se retrouvent à une défaite d'un balayage en finale aux mains d'une équipe dans une classe à part, James n'en veut pas aux Warriors d'avoir construit une machine imbattable de basketball.

Il aurait fait la même chose.

Un jour après que les Cavaliers eurent encaissé un troisième revers en autant de sorties face aux Warriors, James a affirmé qu'il n'avait pas de problème avec Durant, qui a changé l'état des forces en allant rejoindre Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green dans la baie de San Francisco.

«Ça fait partie des règles, a dit James, jeudi. Est-ce que c'est juste? Je m'en fous. C'est bon pour la ligue. Vous n'avez qu'à regarder les cotes d'écoute, l'argent que la ligue fait. Qui suis-je pour décider si c'est juste ou non?»

James a pavé la voie à Durant en quittant les Cavaliers en tant que joueur autonome en 2010 pour rejoindre les joueurs étoiles Chris Bosh et Dwyane Wade à Miami. Le trio a atteint quatre finales consécutives avec le Heat et a gagné deux fois les grands honneurs.

«Ça fait partie du sport, a ajouté James. Quand vous avez la chance d'embaucher un des meilleurs joueurs, pourquoi ne pas le faire? Si j'étais propriétaire, je ferais la même chose.»

Questionné sur son avenir, James, qui est âgé de 32 ans, a affirmé qu'il ne savait pas pendant combien de temps il pensait continuer à jouer.

«Je veux être compétitif, a déclaré James, qui a inscrit 32 points, 12,3 rebonds et 10,3 aides en moyenne par rencontre depuis le début de la finale. Je veux pouvoir viser le championnat à chaque année. On verra.»