NOUVELLES
08/06/2017 07:15 EDT | Actualisé 08/06/2017 07:40 EDT

Grèce: le compromis proposé par le FMI évitera une nouvelle crise (porte-parole)

Le compromis proposé par le FMI pour rejoindre le plan d'aide à la Grèce devrait permettre de convaincre les Européens de débloquer un nouveau prêt à Athènes et d'éviter une nouvelle crise, a assuré le porte-parole de l'institution jeudi.

Après des mois de blocage, le Fonds monétaire international se dit désormais prêt à approuver "en principe" sa participation au plan européen accordé à Athènes en 2015, mais sans débourser le moindre centime et sans déclarer la dette du pays "soutenable".

Cette solution de circonstance permettrait de "préserver les progrès réalisés sur les réformes" par les autorités grecques et d'"éviter une situation financière potentiellement désordonnée en juillet", a plaidé Gerry Rice, le porte-parole du FMI.

Les Européens ont jusqu'à présent refusé de verser un nouveau prêt à Athènes alors que le pays doit rembourser en juillet 7 milliards d'euros, l'Allemagne exigeant notamment la participation formelle du FMI au plan d'aide.

Impliqué dans les deux précédents plans de sauvetage de la Grèce en 2010 et 2012, le Fonds a, de son côté, refusé de s'engager financièrement en l'absence d'un allègement de dette des Européens, une option dont Berlin ne veut pas entendre parler avant les élections dans le pays à l'automne.

Un accord de principe du FMI pourrait permettre d'arriver à un compromis alors que les dirigeants de la zone euro se réunissent le 15 juin, a estimé M. Rice.

"Nous avons le sentiment que nos partenaires européens pourraient aller de l'avant si nous décidions d'avoir un accord de principe, qu'ils pourraient effectuer un versement sur cette base", a détaillé le porte-parole.

M. Rice a par ailleurs assuré qu'une telle solution ne constituerait pas un nouveau "traitement de faveur" accordé à la Grèce.

"Je ne pense pas que cela constituerait une violation de nos principes ou de nos règles", a affirmé le porte-parole.

Le FMI a déjà eu recours à des accords de principe dans les années 80 pour venir en aide à des pays émergents ou à faible revenu. Il pourrait toutefois s'agir de la première fois où ce mécanisme serait utilisé pour une économie avancée comme la Grèce.

En 2010, le FMI avait inventé une règle spéciale pour prêter à la Grèce alors qu'il savait le pays insolvable.

jt/jld/are