NOUVELLES
08/06/2017 09:39 EDT | Actualisé 08/06/2017 23:24 EDT

Daech a réorganisé sa structure militaire, selon l'ONU

NEW YORK — Daech (le groupe armé État islamique) a réorganisé sa structure militaire, donnant plus de pouvoirs aux commandants locaux et inspirant des attaques à l'extérieur des zones de conflit, a prévenu jeudi le chef politique des Nations unies.

Jeffrey Feltman a déclaré au Conseil de sécurité que l'utilisation d'internet et des médias sociaux pour diffuser sa propagande intensifie la menace posée par le groupe djihadiste.

Même si le volume de messages provenant de Daech est en déclin depuis 16 mois, a-t-il dit, «la menace persiste, puisque les partisans à l'extérieur de la Syrie et de l'Irak ramassent et redistribuent cette propagande».

M. Feltman a dit que le groupe a profité de sa présence en ligne pour encourager ses partisans à frapper à travers l'Europe, notamment en France, en Belgique, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Russie, en Suède et en Turquie.

Certaines attaques ont été perpétrées par des combattants rentrés d'Irak ou de Syrie, mais d'autres par des individus qui n'avaient jamais posé le pied dans ces zones de conflit, a-t-il ajouté.

Même si on parle souvent de «loups solitaires», a poursuivi M. Feltman, les enquêtes démontrent que dans plusieurs cas, les auteurs des attaques avaient reçu de l'aide ou des ressources, ou qu'ils étaient directement en contact avec des représentants de Daech.

Ailleurs dans le monde, Daech se fait de plus en plus menaçant dans le nord et l'ouest de l'Afrique, en Somalie, au Yémen et dans le sud-est de l'Asie.

M. Feltman a dit que la situation financière de Daech est en déclin depuis 16 mois, mais il prévient que ses coûts reculent aussi au fur et à mesure qu'il perd le contrôle de centres en Irak et en Syrie, et que ses rangs s'amaigrissent.

Les revenus de Daech proviennent notamment des hydrocarbures; de la vente d'antiquités, de produits agricoles, ou d'électricité; de l'exploitation de ressources minières; de dons; et d'activités criminelles comme l'extorsion, les enlèvements et la traite de personnes, selon M. Feltman.