NOUVELLES
08/06/2017 04:48 EDT | Actualisé 08/06/2017 05:00 EDT

Bahreïn interdit à son tour toute "sympathie pour le Qatar"

Les autorités bahreïnies ont interdit jeudi aux médias et aux utilisateurs des réseaux sociaux de sympathiser avec le Qatar sous peine d'encourir une peine de prison, après la rupture des relations entre Manama et Doha.

Dans un communiqué publié à Manama, le ministère de l'Intérieur prévient que quiconque exprimerait sur les réseaux sociaux "sa sympathie pour le Qatar" commettrait "un crime" et serait "passible d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison et une amende".

Pour sa part, le ministère de l'Information a interdit aux médias de critiquer les mesures prises par l'Arabie saoudite et ses alliés contre le Qatar ou de prendre le parti de ce pays, précisant que les réfractaires s'exposeront à des poursuites judiciaires.

La veille, les autorités des Emirats arabes unis avaient prévenu que tout internaute sympathisant avec le Qatar risquait la prison.

Bahreïn et les Emirats arabes unis, tout comme l'Arabie saoudite, l'Egypte et le Yémen ont rompu lundi leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme". Le Qatar nie cette accusation.

Se sont ajoutées des mesures économiques comme la fermeture des frontières terrestres et maritimes entre ces pays et le Qatar, ainsi que des interdictions de survol aux compagnies aériennes qataries ou de sévères restrictions aux déplacements des personnes.

bur/tm/ras/iw