NOUVELLES
08/06/2017 06:45 EDT | Actualisé 08/06/2017 12:29 EDT

Attentats et Brexit dans la tête des électeurs Britanniques

Le Brexit et la sécurité intérieure sont au cœur des préoccupations des 47 millions de Britanniques qui se rendent aux urnes aujourd'hui pour élire leur gouvernement. Cette élection est cruciale pour les négociations entourant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).

Bien qu’ils demeurent favoris pour remporter l’élection, les conservateurs de la première ministre Theresa May, 60 ans, ont vu fondre leurs appuis de plus de la moitié, selon certains sondages. Leur avance de 20 points de pourcentage sur les travaillistes de Jeremy Corbin, 68 ans, lors du déclenchement des élections en avril dernier n’est plus que de 10 points.

Dans un pays ébranlé par trois attentats revendiqués par le groupe armé État islamique (EI) qui ont fait 35 morts en moins de trois mois, les bureaux de vote fermeront leurs portes à 22 h à Londres, Birmingham, Manchester, Liverpool et Glasgow.

« J'ai fait mon choix sur ces deux questions: avoir un bon accord sur le Brexit, et la sécurité », a déclaré à l'AFP Angus Ditmas, 25 ans, dans un bureau de vote d'un quartier du nord de Londres. Au même endroit, Simon Bolton, 41 ans, a voté dans le but d’obtenir un « leader fort, quelqu'un avec de l'assurance, qui pourra obtenir le meilleur accord possible pour le Brexit ».

Le scrutin anticipé a été déclenché trois ans avant la fin de la législature de Theresa May qui souhaitait obtenir un mandat fort pour aller négocier le Brexit avec les 27 pays de l’UE.

Le dernier sondage, mené du 5 au 7 juin auprès de 2130 personnes, donne les conservateurs vainqueurs avec 42 % des intentions de vote contre 35 % pour les travaillistes.

Bien que les conservateurs soient jugés « plus solides » sur les questions de sécurité, leur incapacité à prévenir les attentats des derniers mois et les suppressions de 20 000 postes au sein des forces de l’ordre depuis 2010 ont miné leur campagne.

« On ne veut pas que ces attaques influencent ce qu'on pense », assurait Javed, 23 ans, dans un bureau de vote de Barking à l’est de Londres, d'où provenaient des auteurs de l'attentat de samedi. « De toute manière, il y aura des menaces quel que soit [le vainqueur] », a-t-il ajouté.

Theresa May, qui a voté dans le village de Sonning [ouest de Londres], souhaite porter sa courte majorité de 17 sièges à une cinquantaine de sièges au Parlement pour se mettre à l'abri de toute rébellion dans son camp.

Donnez-moi un mandat clair pour négocier le meilleur accord possible pour le Royaume-Uni.

Theresa May

Le vétéran travailliste Jeremy Corbyn, un partisan de l'aile gauche du Labour, souhaite adopter un ton plus conciliant face à Bruxelles afin de conserver un accès au marché unique européen.Ironiquement, le Brexit a pratiquement été absent des débats. Seuls les centristes du parti Libéral-démocrate et les nationalistes écossais du SNP ont placé la question européenne au cœur de leur campagne.

« Nous ne savons pas vraiment ce qu'ils vont faire à propos du Brexit », regrettait Joe Kerney, 53 ans, dans un bureau de vote londonien.