NOUVELLES
07/06/2017 04:24 EDT | Actualisé 07/06/2017 05:22 EDT

Moscou nie avoir piraté l'agence de presse officielle qatarienne

MOSCOU — Des responsables russes ont nié avec véhémence, mercredi, que des pirates informatiques russes soient à l'origine d'une fausse nouvelle qui a dégénéré en querelle diplomatique entre le Qatar et plusieurs pays arabes.

Le porte-parole du président russe Vladimir Poutine, Dimitri Peskov, a affirmé que les informations diffusées mardi par la chaîne CNN sont «encore une autre fausseté, encore un mensonge».

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, l'Égypte et le Yémen ont rompu leurs liens diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent d'héberger des extrémistes et d'appuyer l'Iran, le principal rival régional de l'Arabie saoudite. Le Qatar réfute ces allégations.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a lui aussi condamné les affirmations de CNN, estimant qu'elles «minent encore plus sa réputation de média indépendant et objectif».

La querelle entre le Qatar et l'Arabie saoudite a éclaté au grand jour il y a deux semaines, quand le Qatar a dit que son agence de presse officielle et son compte Twitter avaient été piratés pour publier une «fausse nouvelle» selon laquelle l'émir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani aurait déclaré que l'Iran est «une puissance régionale et islamique dont il faut tenir compte».

Les médias officiels de la région ne font toutefois aucune mention des protestations qatariennes et continuent à reprendre les commentaires attribués à l'émir. L'Arabie saoudite, les ÉAU, le Bahreïn et l'Égypte ont bloqué l'accès à la chaîne Al-Jazeera et lancé une campagne agressive qui accuse le Qatar d'appuyer des groupes comme Al-Qaïda et Daech (le groupe armé État islamique), de déstabiliser la région et d'avoir poignardé ses alliés dans le dos.

Un membre de la famille royale émirienne a laissé entendre que la crise pourrait entraîner un changement de régime au Qatar.

L'archipel des Maldives et la Mauritanie ont aussi rompu leurs liens diplomatiques avec le Qatar, pendant que la Jordanie annonçait une réduction de sa représentation diplomatique dans ce pays.