NOUVELLES
07/06/2017 03:17 EDT | Actualisé 07/06/2017 03:40 EDT

Mondial-2018/Qualif. Concacaf - Lourds enjeux pour Mexique et USA

Les deux poids lourds de la zone Concacaf, le Mexique et les Etats-Unis, jouent gros lors des 5e et 6e journées, jeudi et dimanche, dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 avec notamment leur retentissant choc au mythique stade Azteca de Mexico.

Le contexte politique pèsera-t-il sur cette affiche ? Certes, le président américain Donald Trump n'a pas réussi à imposer le financement du mur à la frontière du Mexique, sa promesse de campagne la plus emblématique.

Mais M. Trump a aussi promis d'expulser la majorité des onze millions de personnes vivant illégalement aux Etats-Unis. Or la plupart viennent du Mexique, et beaucoup d'entre eux vivent depuis des années aux USA, où ils ont fondé une famille, sont propriétaires de leur maison ou ont créé une entreprise.

Sur le terrain du football, avec dix points sur douze possibles en trois matches sur quatre disputés à l'extérieur, le Mexique domine la concurrence.

"El Tri" peut faire un grand pas vers la Russie et la prochaine Coupe du monde en battant devant son public le Honduras (5e) jeudi et les Etats-Unis (4e) dimanche.

Mais les deux matches de préparation de la sélection mexicaine, qui s'envolera ensuite pour la Coupe des Confédérations en Russie, n'ont pas complétement rassuré Juan Carlos Osorio, selectionneur des "Aztèques".

Battue 2 à 1 par une Croatie privée de ses meilleurs joueurs, son équipe a ensuite balayé l'Eire 3 à 1.

Les Etats-Unis n'ont eux toujours pas le droit à l'erreur après leurs deux défaites initiales (2-1 contre le Mexique et 4-0 au Costa Rica) qui ont coûté son poste à Jürgen Klinsmann en novembre dernier.

"Team USA" a repris espoir en mars en empochant quatre points (6-0 contre le Honduras, 1-1 au Panama), mais "se trouve toujours dans une phase où on apprend à se connaître", a admis Bruce Arena.

Le sélectionneur américain peut s'appuyer sur des joueurs d'expérience comme Jozy Altidore, Clint Dempsey ou Tim Howard et surtout sur le phénomène Christian Pulisic, auteur du but de l'égalisation, son 5e en sélection, contre le Venezuela (1-1) en match amical samedi dernier.

"Il est déjà très costaud physiquement et mentalement. En six mois, il a encore progressé, six mois de plus pour un joueur de 18 ans, c'est énorme", a rappelé Arena qui a déjà dirigé la sélection américaine entre 1998 et 2006.

Si Trinité-et-Tobago, lanterne rouge (6e, 3 pts) qui a changé deux fois d'entraîneurs depuis novembre, semble un adversaire largement à la portée de son équipe, le déplacement à Mexico, devant 87.000 spectateurs s'annonce houleux. "Team USA" ne s'est jamais imposé au stade Azteca.

"Je ne sais pas à quoi m'attendre, cela sera difficile, mais si on aborde ce match avec conviction, on peut ramener trois points", a assuré Pulisic.

"Nous sommes fin prêts", a insisté le milieu offensif de Dortmund.

Le programme des 5e et 6e journées:

Jeudi

(vendredi 00h00 GMT) Etats-Unis - Trinité-et-Tobago

(vendredi 02h00 GMT) Costa Rica - Panama

(vendredi 02h00 GMT) Mexique - Honduras

Dimanche

(lundi 00h30 GMT) Mexique - Etats-Unis

Mardi

(mercredi 01h35 GMT) Panama - Honduras

(mercredi 02h00 GMT) Costa Rica - Trinité-et-Tobago

Classement Pts J G N P bp bc dif

1. Mexique 10 4 3 1 0 5 1 +4

2. Costa Rica 7 4 2 1 1 7 3 +4

3. Panama 5 4 1 2 1 2 2 0

4. Etats-Unis 4 4 1 1 2 8 7 +1

5. Honduras 4 4 1 1 2 4 9 -5

6. Trinité-et-Tobago 3 4 1 0 3 2 6 -4

NDLR: les trois premiers qualifiés pour le Mondial-2018, le quatrième participera à un barrage aller-retour contre le cinquième des qualifications de la zone Asie.

jr/pgr/fbr/arb