NOUVELLES
07/06/2017 14:18 EDT | Actualisé 07/06/2017 19:04 EDT

Madeleine Meilleur se retire du poste de commissaire aux langues officielles

Madeleine Meilleur se retire du poste de commissaire aux langues officielles, a annoncé mercredi la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

Cela fait des semaines que Mme Meilleur est sous les projecteurs en raison du processus qui a mené à sa nomination. Des groupes francophones et les partis d'opposition ont vertement critiqué le gouvernement pour avoir nommé une ancienne ministre libérale de l'Ontario à un poste d'agent du Parlement, dont la nature est impartiale.

C'est en raison de ces controverses que Mme Meilleur a décidé de retirer sa candidature.

« Considérant cette situation, j'en ai conclu que ma capacité d'assumer cette fonction pleinement et d'agir au nom des Canadiens serait grandement compromise », a-t-elle écrit dans une lettre transmise à Mme Joly mardi.

Tout au long de ma carrière publique, j'ai défendu avec ardeur et conviction les droits des communautés minoritaires de langues officielles. Je considère que ce fut un honneur d'être proposée pour ce poste et je vous remercie de l'opportunité qui m'a été offerte.

Madeleine Meilleur, dans une lettre à Mélanie Joly

En mêlée de presse, la ministre du Patrimoine canadien a maintenu, mercredi, que le processus de sélection s’était fait dans les règles et était fondé sur le mérite. Elle n’a pas voulu dire si elle avait demandé ce retrait à Mme Meilleur ou si elle avait tenté de la convaincre de ne pas démissionner.

« Mme Meilleur a pris sa décision, m'a informée et, bien entendu, j'ai accepté », a-t-elle mentionné. « J'aurai l'occasion, au cours des prochains jours, de vous informer des prochaines étapes. »

Une bonne décision, selon l'opposition

Cette décision a été accueillie avec satisfaction par les partis d'opposition à la Chambre des communes.

« Il est évident que Mme Meilleur a posé le geste qui s’imposait dans les circonstances », a commenté le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, blâmant Justin Trudeau pour « ce gâchis ». « Comme d’habitude, M. Trudeau n’écoutait personne, mais finalement il est obligé de se rendre à l’évidence après des semaines de tergiversations. »

Le chef conservateur, Andrew Scheer, a lui aussi envoyé une flèche au premier ministre. « Je pense qu’aujourd’hui, Mme Meilleur a montré qu’elle a un bon jugement, qui est mieux que le premier ministre sur ce sujet », a-t-il estimé.

Un geste honorable, selon plusieurs organismes

Plusieurs organisations francophones considèrent que la décision de Madeleine Meilleur est honorable.

« Avec cette décision, elle a fait passer son engagement envers la dualité linguistique et la francophonie avant ce qu’elle aurait personnellement souhaité. Nous l’en remercions », a réagi la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) par voie de communiqué. « Maintenant, il reste à nommer un ou une commissaire aux langues officielles qui, dès le début de son mandat, aura la confiance des communautés, des parlementaires et du public. »

Le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, qui a déposé une demande de contrôle judiciaire à la Cour fédérale cette semaine concernant le processus de nomination de Mme Meilleur, croit que cette dernière a bien fait de se retirer.

« Je pense que c’était la chose à faire, malgré que Mme Meilleur, dans tout ça, elle se retrouve un peu comme une victime, dans le sens où ça aurait été mieux si le gouvernement avait pris ses responsabilités face à un processus de nomination qui a été floué depuis le début », a dit Kevin Arseneau.