NOUVELLES
07/06/2017 10:56 EDT | Actualisé 07/06/2017 11:42 EDT

Madeleine Meilleur ne sera pas commissaire aux langues officielles

OTTAWA — Plongée dans une controverse qui s'éternisait et qui faisait les choux gras de l'opposition, Madeleine Meilleur a retiré une épine du pied des libéraux en se récusant du poste de commissaire aux langues officielles.

L'ancienne ministre du gouvernement libéral à Queen's Park a signalé au gouvernement qu'elle rendait les armes dans une lettre envoyée à la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a confirmé mercredi cette dernière.

«Comme vous le savez, ma nomination a fait l'objet de controverses, ce que je regrette beaucoup», écrit Madeleine Meilleur dans cette missive datée du 6 juin, transmise par le bureau de la ministre.

«Considérant cette situation, j'en ai conclu que ma capacité d'assumer cette fonction pleinement et d'agir au nom des Canadiens serait grandement compromise», enchaîne celle qu'avait choisie Justin Trudeau à l'issue d'un processus qui a fait l'objet de maintes critiques.

L'opposition officielle s'est aussitôt réjouie de cette «bonne nouvelle» et en a profité pour passer à l'offensive, accusant le premier ministre de s'être «embarrassé lui-même» et d'avoir démontré qu'il avait moins de jugement que la candidate qui a retiré ses billes.

Les conservateurs ont demandé à plusieurs reprises lors de la période de questions en Chambre si le processus de nomination serait rénové. Justin Trudeau, qui a répondu à toutes les questions comme il a pris l'habitude de le faire les mercredis, n'a pas offert de réponse.

L'annonce de cette récusation survient deux jours après la comparution de Mme Meilleur à la chambre haute. Elle y avait reconnu qu'elle avait discuté «en passant» de son intérêt pour le poste avec deux des conseillers les plus influents du premier ministre.

Sa prestation devant le comité plénier avait laissé plusieurs sénateurs pantois, et le risque que sa candidature soit rejetée par le Sénat plus indépendant se profilait à l'horizon. La ministre Joly n'a pas voulu dire mercredi si elle craignait un tel scénario.

Elle a aussi esquivé lorsqu'on lui a demandé si Madeleine Meilleur était partie d'elle-même ou si le gouvernement avait exercé des pressions pour la convaincre de se désister afin de mettre fin à la saga.

Car à l'issue de son témoignage devant la chambre haute, lundi soir, l'ancienne députée provinciale d'Ottawa-Vanier soutenait qu'elle n'avait «absolument pas» l'intention de se récuser du poste, qui est assorti d'un salaire de 314 100 $.

«J'ai les qualifications, j'ai les compétences, j'ai passé à travers d'un processus très rigoureux, et je poursuis, et ce sera la décision, à la fin, du processus», avait-elle lâché.