NOUVELLES
07/06/2017 10:14 EDT | Actualisé 07/06/2017 11:42 EDT

La CAQ dit ne plus faire de maraudage auprès des députés péquistes

QUÉBEC — La Coalition avenir Québec (CAQ) n'entend plus faire de maraudage auprès des députés péquistes dans le but de les convaincre de changer de camp.

Le chef de la CAQ, François Legault, en a fait l'annonce lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale, mercredi.

Il a fait savoir que le recrutement de députés péquistes n'était plus un de ses «objectifs», étant donné l'intérêt grandissant pour son parti dans le reste de la population.

En mai, un deuxième sondage est venu confirmer une remontée de la CAQ dans les intentions de vote des Québécois. Selon une enquête Léger-Le Devoir-Journal-de-Montréal, la CAQ, avec 26 pour cent d'appuis, dépasse le Parti québécois (PQ), à 23 pour cent. Le Parti libéral du Québec (PLQ) demeure premier, à 32 pour cent. Québec solidaire (QS) ferme la marche, à 13 pour cent.

M. Legault a dit mercredi vouloir proposer «l'équipe du changement» en 2018, avec des candidats qui sont surtout «des nouvelles personnes» en politique.  

En janvier 2016, M. Legault avait affirmé être en communication avec des députés péquistes qui, séduits par le virage nationaliste de la CAQ, songeaient à se joindre à lui. Il n'avait toutefois pas voulu donner d'indications sur leur nombre ou le moment d'une éventuelle décision de rallier la CAQ.

En 2011, trois députés avaient claqué la porte du caucus péquiste pour adhérer à l'équipe de M. Legault.

Le député Benoit Charette est le seul de ces trois transfuges encore en politique active aux côtés du chef caquiste.