NOUVELLES
07/06/2017 03:22 EDT | Actualisé 07/06/2017 03:40 EDT

France: l'agresseur de Notre-Dame, ex-journaliste en Suède

Farid. I, l'agresseur au marteau d'un policier mardi devant Notre-Dame de Paris, était journaliste en Suède où il était inconnu des services de renseignement, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Enregistré en tant que journaliste indépendant depuis 2008 à Uppsala (centre), Farid I. se présente comme spécialiste des questions de "développement, démocratie et droits de l'Homme", selon la raison sociale de son entreprise toujours visible en ligne.

Selon le tabloïd Expressen, il était marié jusqu'en 2005 à une Suédoise qui n'a pas voulu s'exprimer. Il aurait quitté la Suède pour l'Algérie en 2013 et sa dernière adresse connue était dans la banlieue de Stockholm.

Interrogé par l'AFP, le renseignement suédois a indiqué que cet homme de 40 ans "n'était pas connu" de ses services.

Étudiant en journalisme à l'université d'Uppsala de 2009 à 2011, il en a été diplômé en 2011, a confirmé l'administration de l'établissement.

Plusieurs de ses publications restent accessibles en ligne.

En mars 2008, il publie un papier dans la revue Världshorisont éditée par la Fédération suédoise des Nations unies, une association à but non lucratif sans lien officiel avec l'ONU. L'article, intitulé "Guerre contre le terrorisme : 7 années sombres pour les droits de l'Homme", reprend les grandes lignes d'un rapport des Nations unies sur les violations des droits humains depuis le 11 septembre 2001 et en particulier la détention de militants islamistes présumés sur la base militaire américaine de Guantanamo.

En 2009, il reçoit un prix de la branche suédoise de la Commission européenne pour un article sur l'inégalité face aux soins médicaux en Suède.

Dans ce papier publié en janvier 2009, il dénonce les discriminations dont il estime victimes les sans-papiers et les demandeurs d'asile, car ils dépendent d'associations et d'ONG pour se soigner, une réforme limitant leurs droits d'accès aux soins primaires et hospitaliers.

En 2010, il effectue un stage à la radio suédoise (publique), réalisant notamment un reportage sur les inégalités d'accès à l'emploi entre les quartiers de Göteborg, deuxième ville de Suède accueillant une forte communauté d'origine étrangère.

A l'AFP, la radio a souligné qu'elle ne l'avait jamais salarié.

Dans un article publié en 2012 par la revue "Fjärde Världen" consacrée aux peuples autochtones, il se présente comme Algérien d'origine berbère. "Les Algériens sont résilients, un peuple qui a connu une grande souffrance et la pauvreté pendant l'époque coloniale. Ils sont aussi un peu sensibles et naïfs. Ce que les islamistes radicaux ont compris et qu'ils ont exploité au début des années 1990", écrit-il.

Lors de ses études, il a également publié dans le quotidien régional Uppsala Nya Tidning, a indiqué le rédacteur en chef, Roger Berglund, sur le site du journal.

cbw-gab/glr