NOUVELLES
07/06/2017 17:57 EDT | Actualisé 07/06/2017 19:00 EDT

Comey: possible tentative d'entrave à une enquête criminelle, disent les experts

WASHINGTON — Des experts juridiques estiment que les commentaires attribués à Donald Trump par l'ex-directeur de la police fédérale américaine (FBI) dans sa déclaration écrite sont à tout le moins malhabiles et inappropriés. Dans le pire des cas pour M. Trump, les faits avancés par M. Comey pourraient permettre de rassembler suffisamment d'éléments de preuve pour démontrer que le président américain a tenté d'entraver une enquête criminelle, jugent ces mêmes spécialistes.

Un document contenant des remarques que M. Comey entend faire au cours de son témoignage très attendu devant le comité de renseignement du Sénat a été rendu public mercredi après-midi, la veille de sa comparution.

Le document détaille une série de conversations entre le directeur du FBI congédié le mois passé et le président au sujet de l'enquête sur les possibles contacts qu'ont eus des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes. On en apprend par ailleurs sur l'inconfort ressenti par M. Comey quant à ces entretiens.

L'élément le plus dommageable dans le témoignage écrit de M. Comey est le commentaire qu'aurait formulé M. Trump le 14 février dans le bureau ovale. Il aurait alors incité l'ex-chef du FBI à laisser tomber les investigations visant l'ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn.

«J'espère que vous pouvez laisser ça aller», aurait dit M. Trump, selon le témoignage de M. Comey.

Ryan Goodman, un professeur de droit à l'Université de New York, a dit croire que ces propos constituent la «révélation la plus dévastatrice» du témoignage de M. Comey. L'ex-directeur du FBI dit sous serment «que le président a tenté d'entraver l'enquête sur M. Flynn», a souligné M. Goodman.

Julie O'Sullivan, une ancienne procureure fédérale qui enseigne à l'école de droit de l'Université Georgetown, a affirmé que la décision de M. Trump d'évacuer la salle avant de parler à M. Comey est un élément laissant croire que M. Trump «était conscient que sa façon de faire posait problème».

L'entrave à l'exercice de la justice est un crime fédéral, bien qu'il reste à déterminer si un président en exercice peut être traduit devant un tribunal sur cette question. Il s'agit aussi d'une infraction ouvrant la porte à une procédure de destitution, bien que les républicains majoritaires au Congrès risquent peu d'emprunter cette avenue contre un des leurs.