NOUVELLES
07/06/2017 17:03 EDT | Actualisé 07/06/2017 17:20 EDT

Colombie: les Farc disent avoir remis 30% de leurs armes à l'ONU

Les Farc ont annoncé mercredi avoir remis 30% de leurs armes à la mission de l'ONU chargée de superviser le désarmement de la plus importante et plus ancienne guérilla de Colombie, en application de l'accord de paix signé en novembre.

Au total "30% de notre armement a été remis entre les mains de l'ONU, qui les a déposés dans ses conteneurs et va certifier ensuite le désarmement de chacun de nos combattants", a déclaré le chef des Farc, Rodrigo Londoño, dit "Timochenko", sans préciser la quantité totale d'armes détenues par cette guérilla, issue en 1964 d'une insurrection de paysans sans terre.

C'est "le début concret de notre adieu aux armes", a-t-il souligné dans un discours depuis Caño Indio (nord-est), l'une des 26 zones où sont rassemblés près de 7.000 guérilleros pour y déposer leurs armes et préparer leur retour à la vie civile.

Il a ajouté que 30% supplémentaire de l'armement des Farc serait remis à la mission de l'ONU le 14 juin et les 40% restant le 20 juin.

Selon l'accord de paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), le désarmement aurait dû se terminer fin mai. Mais, la semaine dernière, les parties ont annoncé un report au 20 juin en raison de problèmes logistiques.

La mission de l'ONU avait estimé l'arsenal des Farc à environ 7.000 armes, sans détailler.

Elle n'a pas immédiatement confirmé mercredi la quantité déjà sous son contrôle. Mais elle a précisé que cela incluait les quelque 1.000 armes dont elle avait annoncé la remise il y a quelques semaines et appartenant à des guérilleros autorisés à quitter les zones de désarmement pour travailler à la mise en oeuvre de l'accord de paix.

La mission a souligné que les armes répertoriées n'incluent pas celles des miliciens ou collaborateurs civils des Farc, estimés à environ 3.000 par le gouvernement et qui doivent rejoindre les zones de désarmement d'ici le 20 juin.

"La transition des Farc vers la légalité a débuté (...) Bienvenus à la vie civile", a écrit le Haut commissariat pour la paix sur Twitter, peu après l'annonce du chef de la guérilla.

"Nous n'aurons plus jamais recours à la violence. Les mots seront notre seule arme. Nous l'avons promis et le mettons en oeuvre, sans regrets ni larmes", a pour sa part affirmé Rodrigo Londoño.

Dans une vidéo publiée par les Farc sur internet, un représentant de la mission de l'ONU, l'observateur guatémaltèque Lev Ladislao Lopez, a remercié le chef de la guérilla de "respecter cet engagement".

En septembre, devant l'Assemblée générale de l'ONU, M. Santos avait rappelé que les armes des Farc "seront fondues et transformées en trois monuments à la paix: un ici à New York, l'autre à Cuba, siège des pourparlers, et un autre en Colombie".

Depuis plus d'un demi-siècle, le complexe conflit armé colombien a impliqué une trentaine de guérillas, des milices paramilitaires d'extrême droite, officiellement démobilisées depuis 2006, et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 7,1 millions de déplacés.

Après avoir négocié pendant quatre ans avec les Farc, le gouvernement a entamé en février des pourparlers avec l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), dernière guérilla active du pays avec quelque 1.500 combattants, visant ainsi à parvenir à une "paix complète".

lda/ad/fpp/lab

TWITTER