NOUVELLES
07/06/2017 09:49 EDT | Actualisé 07/06/2017 10:00 EDT

Christopher Wray, l'outsider promu chef du FBI

Choisi par Donald Trump pour diriger la police fédérale américaine, Christopher Wray est un juriste brillant relativement peu connu, qui a travaillé dans le gouvernement de George W. Bush sans en ressortir avec une étiquette politique trop marquée.

S'il est confirmé par le Sénat, M. Wray entamera un mandat de 10 ans comme chef du FBI, succédant à James Comey, brutalement limogé en mai par le président américain.

Son premier défi sera de rassurer, d'abord les plus de 30.000 employés du prestigieux bureau centenaire, jaloux de leur indépendance, ensuite l'opinion publique américaine, qui redoute que l'institution tombe sous la coupe de la Maison Blanche.

"J'ai hâte de me mettre au service du peuple américain, avec intégrité", a réagi Christopher Wray, cité par la Maison Blanche.

"Il s'agit d'une personne aux références impeccables et je sais qu'il servira le pays en défenseur farouche du droit", a commenté Donald Trump dans ce même communiqué.

L'annonce présidentielle a surpris: l'heureux élu n'était pas sur la liste initiale des candidats envisagés pour le poste, où figuraient en revanche des poids lourds républicains conservateurs.

De ce point de vue, M. Wray peut être considéré comme un choix apparemment peu controversé, évitant d'immédiates critiques de "politisation" du FBI, d'autant plus qu'il a passé ces dernières années dans un cabinet d'avocats.

Cet ancien procureur fédéral, né en 1967 à New York, est d'ailleurs issu d'une famille comptant de nombreux juristes. Diplômé de la faculté de droit de Yale en 1992, il a aussi été rédacteur en chef du Yale Law Journal, une fonction réservée à l'élite des étudiants.

- Avocat des puissants -

Christopher Wray est proche du gouverneur du New Jersey, Chris Christie, un républicain qui se serait bien vu intégrer le gouvernement Trump s'il n'avait été mêlé à un scandale d'embouteillage monstre provoqué pour punir un maire adversaire politique.

Christopher Wray a défendu M. Christie dans cette affaire baptisée Bridgegate.

King and Spalding, le cabinet international d'avocats où M. Wray est associé, représente des centaines de clients, dont des sociétés à gros capital. Parmi lesquelles on trouve le groupe immobilier Trump et certaines qui sont en affaire avec des groupes russes.

Avant de travailler dans le privé, Christopher Wray a dirigé de 2003 à 2005 la division pénale du ministère américain de la Justice.

Il s'est alors spécialisé dans la délinquance en col blanc, notamment des dossiers de fraudes financières d'entreprises. On lui confia la supervision des investigations sur le géant de l'énergie Enron, qui fit faillite après de graves manipulations comptables.

Durant cette époque, M. Wray a travaillé directement sous les ordres de James Comey. Il aurait même soutenu son patron lors d'un épisode tendu en 2004, durant lequel le ministre de la Justice de l'époque, John Ashcroft, était hospitalisé.

Le président Bush avait tenté de profiter de la faiblesse de M. Ashcroft pour lui faire parapher une mesure controversée autorisant des écoutes téléphoniques sans mandat judiciaire. Opposé à cette mesure, M. Comey, qui officiait comme Attorney general par intérim, avait mis sa démission dans la balance. M. Wray lui aurait alors assuré sa loyauté.

- Wray, Comey, vieilles connaissances -

Le futur chef du FBI avait en fait rejoint les services de la justice dès mai 2001, quelques mois avant le 11-Septembre. Dans les sillages des attentats, il a été amené à défendre les mesures controversées qui ont été prises, comme la détention prolongée d'étrangers considérés comme suspects potentiels.

"Les Américains peuvent avoir confiance en cet homme", a assuré l'actuel ministre conservateur de la Justice, Jeff Sessions, qui sera le supérieur hiérarchique de M. Wray.

L'ACLU, grande organisation de défense des libertés, a en revanche estimé que le futur chef policier devrait gagner la confiance des Américains, étant donné son passé marqué par ses "activités partisanes", "le travail de son cabinet d'avocats en faveur de la famille Trump" ainsi que ses "connections à certaines des notes juridiques les plus illégales sur les programmes de torture de l'ère Bush".

seb/elc