NOUVELLES
07/06/2017 04:36 EDT | Actualisé 07/06/2017 04:40 EDT

C'est au Qatar "pays frère" de résoudre la crise dans le Golfe (ministre saoudien)

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a qualifié mercredi le Qatar d'"Etat frère" tout en jugeant que c'était à lui de résoudre la crise dans le Golfe en cessant son soutien aux extrémistes islamistes.

Le chef de la diplomatie saoudienne, en déplacement à Berlin, a également assuré que tous les efforts seraient entrepris pour résoudre cette crise sans précédent avec le Qatar dans le cadre du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

"Nous considérons le Qatar comme un Etat frère, comme un partenaire (...) mais on doit aussi pouvoir dire à un ami ou à frère quand quelque chose est bien ou mal", a-t-il assuré à Berlin, selon la traduction en allemand.

"Quand il prend une mauvaise position, on lui donne des conseils pour qu'il prenne une autre position. Et nous avons pris ces mesures (de rupture des liens diplomatiques, ndlr) pour qu'il change de position", a-t-il encore assuré lors d'une conférence de presse avec son homologue allemand, Sigmar Gabriel.

"Nous espérons que nos frères au Qatar vont maintenant prendre les bonnes mesures pour mettre un terme à cette crise", a souligné le chef de la diplomatie saoudienne.

L'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu toute relation diplomatique avec le Qatar et ont commencé mardi à imposer un blocus au petit émirat, plongeant le Golfe dans une grave crise diplomatique.

Ils accusent Doha d'accueillir divers groupes terroristes pour déstabiliser la région.

"Nous n'avons pas sollicité de tentatives de médiation (à Paris ou à Berlin)", a assuré le Saoudien. "Mais nous le ferons dans le cadre du Conseil de coopération du Golfe".

Adel Al-Jubeir n'a pas évoqué directement les accusations de soutien au terrorisme mais souligné que "depuis des années, le Qatar a (avait) pris des mesures pour soutenir certaines organisations".

"Cela a été condamné par le passé mais malheureusement nous n'avons pas bénéficié d'une coopération appropriée sur ce sujet, c'est pourquoi ces mesures ont été prises", selon lui.

Le Qatar s'était engagé en 2014 à cesser d'abriter des dirigeants islamistes et à modérer le ton de sa puissante chaîne Al-Jazira, accusée d'être le porte-voix des islamistes dans le monde arabe.

Le Koweït, qui n'a pas rompu avec le Qatar, tente déjà une médiation dans ce conflit. Son émir s'est rendu en Arabie saoudite.

yap/alf/roc