NOUVELLES
06/06/2017 22:40 EDT | Actualisé 06/06/2017 23:00 EDT

Attaque à Notre-Dame: tout confirme "un acte isolé" selon Paris

L'homme qui a attaqué un policier mardi devant Notre-Dame à Paris n'avait pas "donné de signes de sa radicalisation" et toutes les indications onfirment la thèse "d'un acte isolé", a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement français.

L'agresseur "n'avait, à aucun moment, donné de signes de sa radicalisation", a dit Christophe Castaner sur la radio RTL. Mais "dès les premiers instants de son attaque, les mots qu'il a prononcés ont permis de classer cet attentat parmi les attentats terroristes", a-t-il ajouté.

L'agresseur, âgé de 40 ans, qui a blessé un policier avec un marteau, a revendiqué être "un soldat du califat", un terme utilisé pour désigner le califat autoproclamé en juin 2014 de l'organisation jihadiste État islamique, selon une source proche de l'enquête.

L'assaillant portait des papiers au nom de Farid I., né en Algérie en janvier 1977 et inscrit depuis 2014 comme doctorant en sciences de l'information à l'université de Metz (est de la France), d'après cette source.

Il n'y avait chez lui "aucun signe extérieur d'une adhésion excessive à l'islam", a estimé son directeur de thèse, Arnaud Mercier, toutefois intrigué par son silence depuis le mois de novembre: "Ca veut dire que sans doute il y a eu un mouvement de rupture cet automne", a-t-il expliqué sur la chaîne BFMTV.

"Quand je l'ai connu, c'est quelqu'un qui était pro-occidental et pro-valeurs démocratiques, qui croyait beaucoup à la mission des médias", a ajouté le professeur.

Le policier agressé, âgé de 22 ans, a été légèrement blessé. Un de ses collègues a riposté avec son arme de service, blessant l'assaillant au thorax.

Cette agression, commise en plein coeur du Paris touristique, s'est produite trois jours après un nouvel attentat au Royaume-Uni: sept personnes ont été tuées et 48 autres blessées samedi soir à Londres dans une attaque revendiquée par l'EI. Trois hommes ont foncé dans la foule avec une camionnette, avant de poignarder des passants.

La France a quant à elle été la cible de l'EI à plusieurs reprises depuis les attentats du 13 novembre 2015 (130 morts).

vm/ic/dab/at

RTL GROUP