NOUVELLES
03/06/2017 11:52 EDT

Stevenson déclasse Fonfara, Alvarez confirme sa position d'aspirant no 1 (PHOTOS)

USA Today Sports / Reuters
Jun 3, 2017; Montreal, QC, Canada; referee Michael Griffin lift the arm of Adonis Stevenson after his victory over Andrzej Fonfara (not pictured) in their WBC boxing championship bout at the Bell Centre. Mandatory Credit: Eric Bolte-USA TODAY Sports

Adonis Stevenson n'a fait qu'une bouchée de l'aspirant polonais Andrzej Fonfara pour défendre avec succès son titre des mi-lourds du World Boxing Council (WBC), samedi, au Centre Bell.

Après avoir envoyé Fonfara (29-5, 17 K.-O.) au tapis d'une solide gauche dès le premier round, Stevenson (29-1, 24 K.-O.) n'a jamais lâché la pression. En fin d'assaut, il a d'ailleurs placé près d'une dizaine de coups sans réplique à la tête de Fonfara, si bien que plusieurs représentants des médias croyaient que l'arbitre Michael Griffin allait stopper le duel à ce moment.

Après avoir écouté les remontrances de son entraîneur Virgil Hunter pendant la pause, Fonfara n'a pas été en mesure de démontrer qu'il pouvait poursuivre sans danger.

Stevenson a eu tout juste le temps de placer cinq puissants crochets du gauche avant que Hunter ne signale à l'arbitre qu'il en avait assez vu.

Seulement 28 secondes s'étaient écoulées au deuxième round.

Galerie photo Des victoires de Stevenson et Alvarez Voyez les images

Il s'agit de la huitième défense de titre de la part de Stevenson, champion depuis juin 2013. Tout indique qu'il se frottera maintenant à Eleider Alvarez, vainqueur de Jean Pascal par décision majoritaire quelques minutes plus tôt, quelque part cet automne.

Alvarez attend patiemment son tour depuis novembre 2015, soit depuis qu'il devenu l'aspirant no 1 au titre à la suite de sa victoire par décision majoritaire contre Isaac Chilemba.

"Virgil Hunter est aussi l'entraîneur d'Andre Ward (NDLR: qui détient les trois autres ceintures de la division) et je pense qu'il était venu voir si Adonis avait ralenti, a noté Yvon Michel, président de GYM. Je pense qu'avec ce qu'il a vu, nous ne sommes pas près de recevoir une offre pour un combat d'unification s'il devait l'emporter contre Sergey Kovalev."

Ward et Kovalev remonteront sur le ring le 17 juin prochain. Ward a ravi les titres de la World Boxing Association, World Boxing Organization et International Boxing Federation en novembre dernier.

Alvarez confirme sa position d'aspirant no 1

La demi-finale du choc Stevenson-Fonfara opposant Jean Pascal à Eleider Alvarez n'a pas déçu.

Au terme de 12 rounds chaudement disputés, Alvarez a inscrit une victoire majoritaire sur Pascal, les juges remettant des pointages de 117-111 et 116-112 en sa faveur, tandis qu'un troisième a vu un combat nul de 114-114.

Alvarez (23-0, 11 K.-O.) a ainsi confirmé sa position d'aspirant no 1 au titre des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) détenu par Adonis Stevenson, et il a par le fait même conservé sa ceinture WBC Silver.

Pascal (31-5-1, 18 K.-O.) avait pourtant amorcé le combat de belle façon, plaçant plusieurs bonnes combinaisons au premier round. Mais cet avantage a été de très courte durée.

Alvarez a pris le contrôle du combat dès le deuxième assaut, à l'aide de puissants jabs et de plusieurs combinaisons qui ont trouvé la cible.

"Tout le monde sait que j'ai un bon jab, mais je crois qu'il n'a jamais été aussi bon que ce soir", a souligné Alvarez.

Difficile de le contredire: tout au long de la soirée, Pascal a été incapable de se défendre contre ce jab, semblable à celui qu'a servi Gennady Golovkin contre David Lemieux.

Après un troisième round plus serré _ gagné par Alvarez avec des coups en puissance en fin d'assaut _, le Montréalais d'origine colombienne a servi une pluie de jabs à son adversaire aux quatrième et cinquième, se creusant petit à petit une avance sur la carte des juges.

Mais l'expérimenté Pascal a su revenir dans ce combat, livrant ses meilleurs rounds aux sixième, septième et huitième. Ce fut toutefois insuffisant pour vaincre Alvarez.

Après un neuvième endiablé et très serré, Alvarez est revenu à sa recette gagnante de jabs incisifs suivis de quelques coups en puissance précis. Si Pascal a démontré beaucoup d'énergie dans les dernières 30 à 45 secondes de chaque assaut, il n'en a pas suffisamment fait pour faire tourner le vent en sa faveur.

"Ma surprise ce soir, c'est que Jean ne m'a pas surpris, a indiqué l'entraîneur d'Alvarez, Marc Ramsay. Je l'ai dit au cours de la semaine de promotion: on ne sait jamais ce que va faire Jean Pascal. Ce soir, il n'a rien fait pour me surprendre."

Pascal refuse de rencontrer les médias

Abattu, Pascal n'a pas rencontré les médias après la soirée. Il a indiqué au promoteur Yvon Michel qu'il n'avait rien à ajouter et qu'il demandait l'indulgence des journalistes, qu'il rencontrera plus tard.

Michel estime que Pascal a toujours sa place chez les mi-lourds, bien qu'il le classe derrière les champions Stevenson et Andre Ward, ainsi que les aspirants Sergey Kovalev et Alvarez.

Beau retour de Zewski

À son retour sur le ring, Mikael Zewski (28-1, 21 K.-O.) a connu une soirée de travail tout de même occupée face à Fernando Silva (15-11-3, 6 K.-O.). Le super mi-moyen de Trois-Rivières, à son premier combat depuis le 24 octobre 2015 en raison d'une blessure au coude et de problèmes contractuels avec son précédent promoteur, a dû trimer dur pendant huit rounds.

Ne semblant pas trop rouillé, Zewski a pu placer plusieurs coups en puissance, mais Silva lui a également donné la réplique solidement en quelques occasions.

Zewski a envoyé le Mexicain au tapis à la toute fin du cinquième round, en plus de l'ébranler de nouveau en fin de sixième, sans toutefois que Silva ne plie. Zewski a finalement inscrit une victoire par décision unanime à sa fiche, avec des pointages de 80-71 de la part des trois juges.

Dario Bredicean (14-0, 4 K.-O.) a poursuivi sa séquence victorieuse face au Mexicain Manuel Garcia (15-14-2, 6 K.-O.). Les deux super moyens n'ont pas soulevé la foule, mais Bredicean, un protégé de Lucian Bute entraîné par les frères Grant, a largement dominé cet affrontement. Les trois juges lui ont d'ailleurs octroyé un pointage de 80-72.

En lever de rideau, le moyen Christian Mbili (4-0, 4 K.-O.) n'a fait qu'une bouchée du Mexicain Cesar Ugarte (4-2, 2 K.-O.). Le champion amateur d'Europe en 2014 et 2016 a envoyé deux fois son adversaire au tapis au premier round. Voyant qu'Ugarte ne se défendait plus, l'arbitre Yvon Goulet a stoppé le massacre après 47 secondes du round suivant.

Mbili sera de nouveau en action lors du gala présenté au Casino de Montréal le 15 juin.