NOUVELLES
01/06/2017 20:02 EDT

Un ex-athlète paralympique pour accompagner des jeunes de Val-du-Lac

L'ex-athlète paralympique Jean-Thomas Boily est venu prêter main-forte aux jeunes du Centre de réadaptation Val-du-Lac dans leur préparation pour le défi Une route sans fin.

Un texte de Carl Marchand

M. Boily, qui a participé aux Jeux paralympiques de Turin en 2006, a perdu l'usage de ses jambes après un accident en ski acrobatique en 1988. Il a accepté d'être le président d'honneur du défi Une route sans fin, destiné aux garçons et filles des centres jeunesses du Québec.

« Ça me touche beaucoup. J'ai eu mon accident quand j'étais adolescent », illustre l'athlète, avant un entraînement d'une vingtaine de kilomètres.

Les jeunes nous apprennent toujours quelque chose. Quand on pense à la préparation que ça leur demande, c'est un gros défi de partir et faire près de 60 kilomètres dans les côtes. Ils ne sont pas équipés comme s'ils allaient faire le Grand Prix de Beauce!

Jean-Thomas Boily, président d'honneur du défi, Une route sans fin 2017

Des jeunes fébriles

La visite d'un ex-ahtlète paralympique, ça n'arrive pas tous les jours dans un Centre jeunesse, admet Gabriel*.

« Je suis heureux de voir que des gens s'intéressent à nous. Quand on dit centre jeunesse, les gens pensent à des délinquants, mais c'est aussi des personnes qui ont perdu des familles. Donc ça fait du bien », témoigne le jeune homme de 17 ans.

À ses côtés, Réjean* était également heureux de la visite. À 17 ans et avec une carrure de futur joueur de football, rien d'intimidant à l'idée d'enchaîner les kilomètres à vélo.

« J'ai fait des compétitions dans le passé. Faire du vélo pour moi, c'est que tu te défoules. Tu donnes ton 100 % et c'est ça qui est important dans la vie », lance le garçon de 17 ans.

L'idée derrière le défi Une route sans fin n'est pas que le sport, mais l'incarnation de cette maxime : un esprit sain dans un corps sain. Les jeunes sont dans de meilleures dispositions après avoir dépensé des calories.

« C'est sûr qu'ils reviennent fatigués, mais aussi contents parce qu'ils ont fait de l'activité physique. Je pense que les frustrations et les colères c'est une bonne façon de les canaliser en bougeant. », indique l'éducateur spécialisé Jean-Philippe Côté.

L'année passée, ce sont des joueurs du Phoenix de Sherbrooke qui les ont accompagné et je pense que les jeunes étaient contents de rencontrer des vedettes pour eux.

Jean-Philippe Côté, éducateur spécialisé

À l'échelle provinciale, le défi Une route sans fin se déroulera du 7 au 10 juin. À Sherbrooke, le départ d'une boucle de 52 kilomètres sera donné le 8 juin à 8 h.

*Noms fictifs pour préserver l'anonymat