NOUVELLES
02/06/2017 13:03 EDT | Actualisé 02/06/2017 13:20 EDT

Un commandant tchétchène pro-Kiev blessé par balles en Ukraine

Le commandant tchétchène d'un bataillon de volontaires combattant les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine a été blessé par balle à Kiev par un homme se faisant passer pour un journaliste du quotidien français Le Monde, a indiqué la police vendredi.

A Paris, Le Monde a assuré qu'aucun de ses journalistes n'était en ce moment en Ukraine.

Adam Osmaïev, 36 ans, a été blessé au thorax jeudi soir et est hospitalisé dans un état stable, a indiqué la police de la capitale ukrainienne.

Selon la police, M. Osmaïev et sa femme Amina Okouïeva s'étaient rendus dans le centre-ville de Kiev pour donner une interview à un homme s'étant présenté comme un journaliste français travaillant pour Le Monde.

Il aurait dit s'appeler Alex Werner (ou Verner), selon les enquêteurs ukrainiens cités par Le Monde.

Le jounal a précisé que sa rédaction ne comptait "aucun Alex Werner (ou Verner)", et condamné "fermement toute usurpation de l'identité de ses journalistes ou de son titre, à quelque fin que ce soit".

Une fois le groupe monté dans une voiture, l'homme a sorti un pistolet et a fait feu sur Adam Osmaïev. La femme du commandant tchétchène a risposté avec sa propre arme, blessant l'assaillant. Celui-ci a également été hospitalisé.

La police a indiqué que l'assaillant portait un passeport ukrainien au nom d'Alexandre Dakar.

Cette tentative d'assassinat a été "préparée en amont par un meurtrier qui a été envoyé en Ukraine par les services spéciaux russes", a assuré sur Facebook Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre de l'Intérieur.

Adam Osmaïev a passé plusieurs années en prison en Ukraine après avoir été accusé en 2012 d'avoir voulu assassiner Vladimir Poutine. Un deuxième suspect, le citoyen kazakh Ilia Pianzine, a été extradé en Russie et condamné à dix ans de prison.

M. Osmaïev avait été arrêté à Odessa, dans le sud de l'Ukraine, et avait avoué sa culpabilité avant de se rétracter en affirmant avoir été soumis à la torture. Il a passé près de trois ans en prison mais n'a été condamné que pour possession illégale d'explosifs et n'a jamais été extradé vers la Russie.

Relâché peu après le soulèvement pro-européen du Maïdan à Kiev en 2014, Adam Osmaïev a ensuite rejoint un bataillon de volontaires combattant l'insurrection séparatiste prorusse dans l'est du pays.

osh/pop/tbm/fjb