NOUVELLES
02/06/2017 09:07 EDT

Raonic et Nadal filent en huitièmes de finale à Roland-Garros

Milos Raonic a profité de l'abandon de son adversaire espagnol pour rejoindre les huitièmes de finale du tournoi de Roland-Garros, à Paris, vendredi.

Guillermo Garcia-Lopez a déclaré forfait au début de la seconde manche visiblement incommodé par la chaleur. Le Canadien menait alors 6-1, 1-0.

À peine 28 minutes de jeu avaient été disputées.

En huitièmes de finale, Raonic retrouvera un autre Ibère, Pablo Carreno Busta, 21e au classement de l’ATP.

Carreno Busta a pris la mesure de Grigor Dimitrov, 11e tête de série des Internationaux de France, en trois manches de 7-5, 6-3 et 6-4.

Nadal dominant

Rafael Nadal a aussi eu la vie facile au troisième tour en raison de son écrasante supériorité sur son rival.

Le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 63e mondial, a mordu la poussière en trois petites manches de 6-0, 6-1, 6-0.

L'Espagnol, en quête de son dixième titre à Paris, n'a passé que 1 h 30 min sur le terrain pour remporter son troisième succès sans échapper une manche depuis le début du tournoi.

C'est sa victoire la plus écrasante à Roland-Garros en treize participations.

Contrairement à ce que le résultat laisse entendre, Basilashvili tient normalement la dragée haute aux cadors du circuit masculin comme en font foi sa demi-finale au tournoi de Lyon la semaine dernière et sa victoire cette année contre Dominic Thiem, seul joueur à avoir vaincu Nadal sur l'ocre cette saison, à Sofia.

Nadal, qui fêtera ses 31 ans samedi, disputait le 100e match de sa carrière au meilleur des cinq manches sur terre battue. Il n'en a perdu que deux (à Roland-Garros en 2009 et 2015). L'an passé, il avait abandonné avant le troisième tour à cause d'une blessure au poignet.

Cette saison, le Majorquin est revenu à son meilleur niveau. Il a remporté trois tournois (Monte-Carlo, Barcelone et Madrid) et n'a perdu qu'un match en préparation contre Thiem, à Rome.

Le no 4 mondial, mais grand favori à Paris, a soumis Basilashvili à un pilonnage intense en coup droit dès le début du match. Pris à la gorge dès l'entame, son rival n'a jamais pu exprimer son talent.