NOUVELLES
01/06/2017 23:51 EDT

Octavio Zambrano a de grandes ambitions pour le Canada

Nommé entraîneur-chef il y a trois mois, Octavio Zambrano a bien l'intention de faire passer l'équipe canadienne de soccer à l'échelon supérieur au cours de son mandat. Et selon lui, ce n'est pas le talent qui manque au pays.

L'Équatorien soutient qu’il n’aurait jamais accepté cette mission s’il n’avait pas été convaincu par la qualité du bassin de joueurs du Canada.

« C’est la première chose qu’un entraîneur évalue quand il arrive dans un nouvel environnement. S’il y a du talent, tu peux travailler sur les autres aspects. J’ai confiance que nous aurons une bien meilleure équipe et que nous monterons au classement. »

Celui qui a remplacé Michael Findlay en mars a été entraîneur-chef pendant cinq saisons dans la MLS, deux avec le Galaxy de Los Angeles et trois avec les Metrostars, ancêtres des Red Bulls de New York. Son curriculum vitae comporte des éléments attrayants pour les dirigeants de Soccer Canada.

« Ayant dirigé des joueurs américains et canadiens, je connais les particularités du soccer en Amérique du Nord, explique-t-il. Et j’ai entraîné des équipes gagnantes, ce qui a aussi dû les convaincre. De plus, je sais travailler avec les jeunes pour qu’ils s’améliorent et qu’ils brillent. »

Ballou convoité

Sous contrat jusqu’en 2021, Zambrano a pour but de qualifier son équipe pour la Coupe du monde de 2022 au Qatar. Pour y arriver, il doit séduire de jeunes joueurs talentueux, dont Ballou Jean-Yves Tabla, la sensation de 18 ans de l’Impact de Montréal.

Nous avons eu une très importante réunion, amicale et franche. Et nous continuons d’échanger des messages. Mais je ne veux pas trop lui mettre de pression. C’est un jeune homme qui, j’en suis sûr, est tiraillé de plusieurs côtés. Il sait que la porte est ouverte et quand il décidera de s’engager, ce sera probablement la meilleure décision de sa carrière. Et je veux que sa famille le comprenne aussi. C’est de ce côté, je crois, que la réticence vient. Je pense que nos chances de le convaincre sont plus grandes que la possibilité qu’il refuse. Nous serions bénis de l’avoir.

Octavio Zambrano

Zambrano est également allé courtiser d’autres jeunes talents canadiens à l’étranger. À la mention de leurs noms, ses yeux se sont mis à briller.

« Je suis allé à Montevideo pour rencontrer (Lucas) Cavallini, puis en Italie et au Portugal pour voir Bryan Cristante et Carlo Ferreira, trois excellents joueurs qui élèveraient le niveau de l’équipe sans que je fasse quoi que ce soit. Si nous pouvons les convaincre de se joindre à l’équipe nationale, nous deviendrions des protagonistes et non pas de simples figurants.

« Mais soyons francs, nous n’avons pas accompli beaucoup de choses depuis quelques années et avant de s’engager un joueur veut savoir que les choses vont changer. »

Des éloges pour Patrice Bernier

Un vétéran s’est aussi attiré les louanges du nouveau sélectionneur de la formation canadienne. Zambrano se dit grandement impressionné par la qualité du jeu de Patrice Bernier, qui représentera le pays lors du tournoi de la Gold Cup, en juillet.

Je l’ai vu jouer le dernier match et il a été le meilleur sur le terrain. Il est toujours bien placé, fait constamment de bonnes passes, ne gaspille pas d’énergie inutilement et met de la pression sur l’ennemi. Il prend toujours de bonnes décisions, et rarement le voit-on perdre le ballon. Son jeu de transition est intelligent. Je compte sur lui et j’espère le convaincre de continuer avec nous au-delà de la Gold Cup.

Auteur

L’homme de 59 ans est toutefois moins élogieux quand vient le temps de parler de la structure du soccer canadien.

« Les équipes nationale et olympique forment un projet et les formations U20 et U17 en constituent un autre, soutient Zambrano. Et il y a trop peu de symbiose entre les deux. C’est à l’opposé de ce qui se passe au soccer de haut niveau. Le Canada doit avoir une identité et les joueurs, dès le U14, doivent comprendre et imiter ce qui se passe au plus haut niveau. C’est une méthodologie éprouvée internationalement. »

Zambrano dirigera son premier match, une rencontre amicale face au Curaçao, le 13 juin à Montréal. Il n’a pas encore eu le temps de laisser son empreinte, mais sous sa férule, on peut éventuellement s’attendre à un style axé sur l’attaque.

« J’ai presque toujours dirigé des équipes offensives, qui dictaient le rythme sur le terrain. Et ici, nous avons la vitesse, une bonne combinaison de vétérans et de jeunes alors c’est sur mesure pour ce que nous voulons faire. »

En préparation de ce duel, les Canadiens commenceront à s’entraîner à Laval, dès lundi.

Le Québec aux Jeux de la Francophonie

C'est une équipe toute québécoise qui représentera le Canada au tournoi de soccer des 8e Jeux de la Francophonie, à Abidjan en Côte d'Ivoire, du 21 au 30 juillet. L'ancien entraîneur de l'Impact, Valerio Gazzola dirigera cette sélection qui se retrouvera dans le même groupe que la Côte d'Ivoire, la France et Haïti.