NOUVELLES
01/06/2017 12:55 EDT | Actualisé 01/06/2017 13:00 EDT

Washington propose à l'ONU de nouvelles sanctions contre Pyongyang

Les Etats-Unis ont présenté à leurs partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord pour ses programmes nucléaire et balistique, selon des diplomates.

Ce texte, négocié avec la Chine, devrait être soumis au vote du Conseil ce vendredi.

Il réitère la condamnation "dans les termes les plus forts" des essais nucléaires et balistiques menés par le régime communiste. Le Conseil enjoint Pyongyang de "renoncer à ses programmes nucléaires de manière complète, vérifiable et irréversible" et de ne plus tirer de missile balistique.

Dans une annexe, le Conseil ajoute à une liste noire déjà longue, quatorze individus et quatre entités accusés de contribuer à ces programmes militaires et sanctionnés par un gel d'avoirs ou une interdiction de voyager.

Selon le texte dont l'AFP a eu copie, il s'agit notamment de responsables de banques ou d'entreprises impliquées dans le financement des programmes militaires mais aussi de cadres du Parti des travailleurs au pouvoir en Corée du Nord.

Le premier sur la liste, Cho Il U est décrit comme "chargé des opérations d'espionnage et de collecte de renseignement à l'étranger" pour la Corée du Nord.

Parmi les entités sanctionnées figurent deux maisons de commerce travaillant pour l'armée ou pour le Bureau de l'Energie nucléaire, la banque Koryo et le département de l'armée chargé des lancements de missiles.

Les Etats-unis négociaient discrètement depuis des semaines avec la Chine une réponse à la salve de missiles balistiques tirés récemment par la Corée du Nord. Washington compte sur Pékin, seul allié et principal partenaire économique de Pyongyang pour faire entendre raison au régime communiste.

"Il y a un accord chinois sur ce texte (...) et l'idée américaine est d'aller assez vite", a souligné un diplomate du Conseil.

Il a précisé qu'aucun des autres membres permanents du Conseil auxquels le projet de résolution a été soumis par Washington jeudi n'a menacé de le bloquer.

Le Conseil compte cinq membres permanents dotés d'un droit de veto (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume uni).

Pyongyang, qui a procédé à des dizaines de tirs de missiles et deux essais nucléaires depuis le début de 2016, cherche à mettre au point un missile balistique intercontinental (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain.

Le Conseil de sécurité avait réagi à l'un des récents tirs de missile nord-coréens le 21 mai en menaçant Pyongyang de sanctions renforcées.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avait indiqué mardi à des journalistes que Washington et Pékin pourraient se mettre d'accord sur de nouvelles sanctions avant la fin de la semaine.

L'ONU a adopté l'an dernier deux résolutions pour alourdir les sanctions économiques contre la Corée du Nord qui est sous le coup de six séries de sanctions depuis son premier essai nucléaire effectué en 2006.

avz/vog