NOUVELLES
01/06/2017 09:04 EDT | Actualisé 01/06/2017 09:20 EDT

Theresa May courtise les Brexiters en terre travailliste

Déstabilisée dans sa campagne pour les législatives du 8 juin, la Première ministre britannique Theresa May essaye de reprendre l'initiative et de ravir aux travaillistes une circonscription du nord-est qui a voté pour le Brexit, lors d'un déplacement jeudi à Guisborough.

L'avance des conservateurs s'est réduite de 20 points en mai à 9 récemment, selon une moyenne des sondages, depuis qu'elle a fait machine arrière sur un sujet ultra sensible en promettant de limiter les contributions des citoyens aux budgets sociaux.

A une semaine du vote, Theresa May s'est rendue dans le Yorkshire, qui a majoritairement voté pour la sortie de l'Union européenne, afin de recentrer le débat sur le Brexit et de convaincre qu'elle est la seule à pouvoir obtenir le meilleur accord possible lors des négociations avec l'UE, qui doivent démarrer après le scrutin.

"Si nous arrivons à un bon Brexit, je suis convaincue que l'avenir sera meilleur", a-t-elle dit devant des militants de son parti, réunis dans une entreprise de la petite ville de Guisborough, près des landes du Yorkshire.

Son engagement à réduire l'immigration et à se montrer ferme dans les discussions avec l'UE passe très bien auprès du public. "Ici, on a beaucoup voté Brexit et c'est important qu'on le mène à bien", affirme Paul Howell, candidat dans une circonscription voisine.

Mais il reconnait que la valse hésitation de Mme May sur la contribution aux budgets sociaux a créé l'inquiétude. "Ca a modifié la perception" de la campagne conservatrice, souligne-t-il.

Jill Coleman, une militante conservatrice de 70 ans, a trouvé Mme May "fabuleuse" et pose pour une photo devant le bus de campagne bleu électrique des Tories. Mais elle aussi s'alarme: "J'ai eu très peur parce que mon mari est en très mauvaise santé", relève-t-elle, se disant soulagée du virage à 360° de Theresa May.

Ian Ferguson, fidèle électeur conservateur, assure que son beau-père, un électeur travailliste, était prêt à voter May avant la polémique sur les soins de santé. "Elle était presque arrivée à le convaincre, mais ce débat le fait hésiter", dit-il.

- 'Trop de virages à 360°' -

Guisborough se trouve dans les circonscriptions de Middlesbrough Sud et Cleveland Est. Le Labour y détient un majorité de 2.268 voix et May espère retourner à son profit l'électorat populaire pro-Brexit.

Lors d'un discours dans une entreprise d'équipement pour le bâtiment, CJ Leonard & Sons, elle explique ses plans pour améliorer la formation des jeunes.

La fille du directeur, Grace Leonard, 20 ans, n'est pas convaincue. Elle a voté conservateur aux élections de 2015 mais en veut à Theresa May d'être revenue sur sa promesse de ne pas convoquer d'élections anticipées.

"Elle a fait trop de virages à 360° ces dernières semaines, je ne vois pas comment je peux lui faire confiance en tant que dirigeante", confie-t-elle à l'AFP.

Andrew Ingram, un étudiant et militant conservateur local, estime lui que la Première ministre a bien assuré sur le Brexit, alors que le Labour ne donne qu'une "liste de voeux".

"Cette région a été trop délaissée par le Labour", dit-il. Mais il reconnait que ce n'est pas gagné pour son parti, car son opinion n'est pas majoritaire.

A quelques kilomètres de là, dans la banlieue de Middlesbrough, à Hemlington, la candidate travailliste Tracy Harvey distribue des tracts près d'un centre commercial et se dit sereine face à l'offensive conservatrice.

Le vrai problème, ce sont les emplois et les services publics, dit-elle. "Theresa May utilise cette élection pour le Brexit mais en fait, quand on va voir les gens, ils n'en parlent même pas", dit-elle.

Et les bonnes performances du leader travailliste Jeremy Corbyn lors de deux débats télévisés cette semaine, meilleures qu'attendues, ont enthousiasmé les électeurs, selon elle: "Les gens disent que Jeremy est un bon leader et qu'il est intègre. Tout va bien se passer".

ar-fb/eg/glr

W.R. GRACE AND COMPANY