NOUVELLES
01/06/2017 11:51 EDT | Actualisé 01/06/2017 16:09 EDT

Les Blue Jays souhaitent bâtir sur leurs performances du mois de mai

TORONTO — L'excellent mois de mai qu'ils ont connu a permis aux Blue Jays de Toronto de mettre une croix définitive sur leur atroce mois d'avril. Mais c'est leur mois de juin qui risque de déterminer si cette équipe peut aspirer ou non aux séries éliminatoires.

L'équipe a assurément le pas plus léger après une séquence de huit victoires en neuf matchs qui lui a permis de conclure le mois avec une fiche de 18-10.

«Souhaitons que nous jouions de façon constante pour les quatre prochains mois et voyons où ça nous mènera», a déclaré le gérant, John Gibbons.

Les blessures ont joué un grand rôle dans les ennuis qu'ont connus les Jays en début de saison. Avant la rencontre de jeudi, les noms du voltigeur Steve Pearce (mollet) et des partants Aaron Sanchez (doigt) et Francisco Liriano (épaule) — bien que ce dernier devrait revenir au jeu vendredi — étaient encore inscrits sur la liste des blessés.

Les Blue Jays n'ont gagné que deux de leurs 13 premières rencontres et se trouvaient à 10,5 matchs de la tête le 9 mai dernier, en vertu d'une fiche de 12-21. Les joueurs clés Josh Donaldson et Troy Tulowitzki, blessés, sont finalement revenus au jeu; d'autres sont sortis de leur torpeur; tandis que les balles captées à la piste d'avertissement en avril se sont mises à franchir les clôtures en mai.

«Le mois d'avril a vraiment été difficile, sans exagérer, a laissé tomber GIbbons. On aurait pu creuser notre propre tombe.»

Reconnue pour sa puissance, une formule qui a permis aux Torontois d'atteindre les séries au cours des deux dernières saisons, l'équipe peut de nouveau compter sur la longue balle pour gagner ses matchs. De bonnes performances de la part des partants et des releveurs qui ont retrouvé leurs moyens n'ont pas nui non plus.

Les réservistes comme Ryan Goins, Ezequiel Carrera et Darwin Barney, forcés de jouer de façon quotidienne, ont bien fait. La formation a petit à petit retrouvé son allure normale et la confiance de l'équipe n'a cessé de croître en cours de route.

«'Gibby' ne cessait de nous dire de garder le cap, que les choses allaient reprendre un cours normal, a souligné le deuxième-but Devon Travis. Les gars ont vraiment acheté ça. On s'est amusé en mai, c'est certain. On veut que ça se poursuive.»

Travis a fait sa part: après un mois d'avril à l'image du club, il a rebondi avec 20 coups sûrs de plus d'un but.

Jose Bautista a aussi retrouvé sa superbe après un mois d'avril à oublier. Au 30 avril, il frappait pour ,178 avec un circuit. Il affichait une moyenne de ,251 avec 10 circuits avant le premier match d'une série de quatre contre les Yankees de New York, jeudi.

Justin Smoak, premier-but à temps plein des Jays, s'est avéré un élément clé de la formation, comme en font foi ses 12 circuits et 35 points produits. Kevin Pillar, pendant ce temps, s'est acclimaté au rôle de premier frappeur tout en maintenant son excellence en défense.

L'équipe souhaitait que Kendrys Morales remplace la production d'Edwin Encarnacion. Jusqu'ici, Morales a livré la marchandise et il est en voie de connaître une saison de 30 circuits et 95 points produits.

La transition de Joe Biagini de l'enclos vers la rotation s'effectue en douceur jusqu'ici. En relève, Ryan Tepera s'est illustré, connaissant notamment une séquence de 19 manches sans accorder de point.

Si l'équipe a passé une partie du mois d'avril au dernier rang des Majeures, elle se retrouvait jeudi à 2 matchs d'une place de meilleur deuxième et à 5,5 matchs du premier rang dans l'Est, détenu par les Yankees. Beaucoup de choses peuvent changer en un mois. Une bonne série contre les Yankees pourraient d'ailleurs faire en sorte que les Jays songent à mener la section au lieu de fermer la marche.

«Ce serait bien qu'on continue de bien jouer, a dit Gibbons. Le moment serait idéal. Nous verrons.»