NOUVELLES
01/06/2017 11:11 EDT | Actualisé 01/06/2017 11:20 EDT

GP d'Italie - MotoGP: Rossi chez lui pour oublier les déconvenues

Valentino Rossi (Yamaha), un temps incertain mais finalement déclaré apte, évoluera bien ce week-end à domicile pour le Grand Prix d'Italie, 6e manche de la saison de MotoGP, afin de mettre derrière lui deux semaines compliquées.

Après une grosse déconvenue lors du précédent GP et une lourde chute à l'entraînement, l'Italien ne sera pas fâché de retrouver le circuit toscan du Mugello, où il détient le record de victoires (7 entre 2002 et 2008) et de pole positions (6) et bénéficie du soutien très bruyant du public.

Le +Docteur+, qui se remet d'un léger traumatisme thoracique et abdominal, a été déclaré apte après un examen médical mené par les organisateurs jeudi, à la veille des premières séances d'essais libres.

"Je ne suis pas à 100%, j'ai encore mal, a-t-il reconnu devant la presse. Mais nous ne sommes que jeudi. Espérons que mon état s'améliore encore d'ici dimanche."

"Maintenant, il faut voir ce qui se passe quand je pilote", a poursuivi le vétéran de 38 ans. "Quand je bouge sur la selle, quand je change de direction et aussi quand j'attaque fort. Il faut bien respirer et c'est encore douloureux. Ce sont les points sur lesquels je dois savoir si j'ai assez récupéré."

Quelques jours plus tôt, Rossi avait perdu l'équilibre dans le dernier tour du Grand Prix de France, alors qu'il luttait pour la victoire face à son coéquipier espagnol Maverick Vinales, se mettant du coup hors course.

Troisième du championnat du monde à 23 points de celui-ci et six de l'Espagnol Dani Pedrosa (Honda), il sait qu'il est dans son intérêt de ne pas se laisser plus distancer.

- 'Ne jamais penser que Rossi est perdu' -

Vinales ne s'inquiète toutefois pas pour son coéquipier: "s'il n'est pas à 100%, ses fans le pousseront jusqu'à 100%". "Avec son expérience de la piste et sa connaissance de sa moto, il peut nous surprendre en course. Ne jamais penser que Rossi est perdu", prévient aussi le Français Johann Zarco.

Un autre qui voudra se relancer ce week-end est le champion du monde en titre, l'Espagnol Marc Marquez (Honda), 4e à 27 points, qui n'a pas non plus terminé au Mans, pour la deuxième fois cette saison.

À surveiller de près également Jorge Lorenzo (Ducati), vainqueur en Toscane de cinq des six dernières éditions dont celle de l'an passé devant Marquez et Zarco (Yamaha Tech3), que son premier podium dans la catégorie reine, voilà dix jours au GP de France, aura sans aucun doute rendu gourmand.

En progression constante depuis le début de saison, le double champion du monde en titre dans la catégorie Moto2 entend bien se faire une place durable dans le Top 5, voire mieux.

En Moto2, un autre Italien a l'intention de se montrer: Franco Morbidelli (Kalex), vainqueur de quatre des cinq courses de 2017 et leader au classement général, avec 20 points d'avance sur le Suisse Tom Lüthi (Kalex) et 38 sur son coéquipier Alex Marquez, petit frère de Marc.

Dans la catégorie Moto3, avantage aussi au leader du Championnat, l'Espagnol Joan Mir (Honda), devant une armada italienne, à commencer par Romano Fenati (Honda), son dauphin au général, à 34 unités.

Le GP d'Italie sera aussi l'occasion de rendre hommage au champion du monde 2006, l'Américain Nicky Hayden, mort le 22 mai des suites d'un accident de vélo. Le +Kid du Kentucky+, qui a côtoyé bon nombre de pilotes en lice dans la catégorie reine, avait 35 ans.

pel/lrb/agu/syd

YAMAHA MOTOR