NOUVELLES
30/05/2017 05:01 EDT

Une table des préfets plus politique

La Table des préfets recentre ses actions sur son rôle politique. Les élus veulent mieux se préparer pour défendre les dossiers régionaux.

Un texte de Joane Bérubé

L’organisme, qui a été créé par les préfets des six MRC de la région après l’abolition de la Conférence régionale des élus (CRE), a senti, un an plus tard, le besoin de clarifier son mandat.

Le président de la Table des préfets, le maire de Saint-Alexis-de-Matapédia et préfet de la MRC d’Avignon, Guy Gallant, indique que, dorénavant, le rôle des élus, autour de la table, sera de faire valoir les besoins de la région auprès du gouvernement. « C’est là qu’il faut qu’on se prépare plus, qu’on prépare nos arguments, nos communications pour aller les chercher. C’est comme ça que nous avons défini le rôle politique de la Table », indique M. Gallant.

La Table, explique son président, ne peut pas reprendre tous les mandats assumés par la CRE. Nous n’avons ni le personnel ni les budgets pour répondre aux demandes des organismes, rappelle M. Gallant. « Plusieurs élus ont dit aujourd’hui qu’il faut faire autrement, qu’on ne peut plus faire comme avant », rapporte Guy Gallant.

Une seule priorité : la démographie

Les élus ont donc profité de leur première rencontre post-forum pour réaffirmer que l’enjeu principal de la région demeure la démographie.

Une lettre à ce sujet avait déjà été acheminée à Québec à la fin 2016. La région relancera donc le gouvernement sur la création d’une table de travail regroupant tous les ministères afin de mettre en place divers moyens pour contrer le déclin démographique.

Les préfets répondent ainsi au ministre responsable de la Région, Sébastien Proulx, qui leur demandait de dégager trois priorités régionales d’action.

Les préfets gaspésiens préfèrent se concentrer sur une seule d'entre elles et veulent ni plus ni moins que le gouvernement s'engage à travailler de concert avec eux, à élaborer une stratégie de développement avec comme élément principal la démographie.

De cet enjeu découlent évidemment plusieurs dossiers, dont le transport, conclut Guy Gallant.