NOUVELLES
30/05/2017 18:16 EDT

Une barge et une remorque desserviront l’Île Verte

Quelques véhicules pourront à nouveau circuler entre l'île Verte et le continent dès vendredi, grâce à une barge et une remorque. La Société des traversiers du Québec en a fait l'annonce mardi, pour remédier à l'absence de traversier.

Le NM Peter Fraser s'est échoué près du quai de L'Isle-Verte, la semaine dernière. En son absence, un zodiac fait la navette entre l’île et le continent. Il permet de transporter des personnes, mais pas de voitures.

Une barge et un remorqueur seront donc déployés pour permettre de transporter de la machinerie lourde et des voitures entre l’île et le continent.

On a bon espoir de pouvoir mettre en place ce service-là, qui va devenir un service alternatif.

François Bertrand, président directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec

Des réactions partagées

Le président directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec, François Bertrand, s'est rendu sur l'île mardi. Il a répondu lui-même aux questions d’une trentaine de résidents. Les réactions étaient partagées.

Je suis étonné qu’il n’y avait pas de plan B avant, déjà prévu. C’est comme si on n’avait jamais prévu que ça arriverait.

Bruno Vincent, résident de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Ce qui est intéressant, c’est qu’on nous a annoncé qu’on avait une barge avec un remorqueur pour les besoins de transport routier, l’essence qui est à veille de manquer à l’île et les vidanges qui ne sont pas faites depuis déjà plusieurs semaines.

Brigitte Émond, résidente de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

De son côté, le maire s'est dit satisfait de la rencontre.

On ne peut pas leur demander l’impossible, on ne peut pas leur demander de remplacer le Peter Fraser, ça ne se peut pas. Ce qu’on espère nous, et ce qu’on a demandé depuis le début, c’est d’avoir un transport pour nous dépanner.

Léopold Fraser, maire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Le traversier Peter Fraser doit passer environ un mois en cale sèche pour subir des réparations. Le bureau de la sécurité des transports mène présentement une enquête pour mieux comprendre les raisons pour lesquelles le bateau s’est échoué, mais précise qu’il est trop tôt pour s’avancer sur une hypothèse.

D’après les informations d’Ariane Perron-Langlois