NOUVELLES
30/05/2017 08:54 EDT | Actualisé 30/05/2017 09:00 EDT

Un ministre d'Etat chargé de sortir les Pays-Bas de l'impasse politique

Les députés néerlandais ont nommé mardi un ministre d'Etat pour insuffler un nouvel élan aux négociations visant à donner un gouvernement de coalition au pays, qui se trouve dans une impasse politique.

Le nouvel "informateur", le retraité travailliste Herman Tjeenk Willink qui porte le titre honorifique de ministre d'Etat, est chargé "d'explorer la possibilité d'une formation de coalition majoritaire ou minoritaire", a déclaré Mark Rutte, Premier ministre sortant et leader des libéraux du VVD, parti vainqueur des législatives de mars avec 33 sièges sur les 150 que compte le parlement.

M. Rutte voit "toujours quatre possibilités de coalition majoritaire", s'associant avec les progressistes (D66) et les chrétiens-démocrates (CDA), mais toujours en excluant le Parti pour la Liberté (PVV) de l'élu d'extrême droite Geert Wilders.

Toutefois, la perspective d'une coalition minoritaire marque un tournant dans les négociations.

"Nous avons affaire à un paysage politique extrêmement complexe", a souligné Edith Schippers, responsable politique chargée des négociations jusqu'à présent avant de passer le témoin à Herman Tjeenk Willink.

"La formation d'une coalition majoritaire n'est plus à l'ordre du jour si les positions ne bougent pas", a-t-elle remarqué, "la possibilité d'une coalition minoritaire devant être étudiée".

Sorti deuxième des urnes, Geert Wilders n'a pas soutenu la nomination du nouvel informateur et a qualifié ses collègues de "gamins" évoluant dans une "cour de récré", les uns refusant de "jouer" avec les autres.

Ancien vice-président du Conseil d'Etat, l'expérimenté Herman Tjeenk Willink, 75 ans, a déjà été nommé informateur par le passé. Il est reconnu pour ses capacités à relancer des négociations très mal embarquées.

Quelque 75 jours après les législatives et le début des tractations, la lourde tâche de sortir le pays de l'impasse politique lui revient donc une nouvelle fois.

Les négociations en vue de constituer un gouvernement aux Pays-Bas sont au point mort depuis lundi dernier, aucun terrain d'entente n'ayant été trouvé entre les partis vainqueurs des élections du 15 mars.

Les divergences gauche-droite sont trop importantes sur de grands enjeux politiques, comme l'immigration et le climat.

Les gouvernements de coalition, avec les tractations ardues qu'elles engendrent, sont de tradition aux Pays-Bas. Cette année, elles impliquent pour la première fois depuis des décennies au minimum quatre partis différents.

En 2012, il avait fallu 54 jours à Mark Rutte pour mettre sur pied son gouvernement. Le record, de 208 jours, avait été établi en 1977.

cvo/jhe/shm/glr