NOUVELLES
30/05/2017 02:40 EDT | Actualisé 30/05/2017 03:00 EDT

Syrie: l'économie et le secteur pétrolier mis à genoux par la guerre (ministres)

L'économie de la Syrie est à genoux et la production pétrolière réduite à néant après six ans de guerre, ont reconnu récemment à Damas plusieurs ministres.

Si l'énergie est le secteur le plus touché, tous les domaines d'activité ont été foudroyés par le conflit, ont-ils expliqué lors d'une conférence intitulée "La guerre en Syrie: conséquences et perspectives".

"La guerre a touché toutes les ressources économiques et, de manière systématique, le secteur pétrolier. Nous étions un pays producteur et exportateur de pétrole et nous devons aujourd'hui importer tous nos besoins", a affirmé le ministre syrien du Pétrole et des Ressources minières Ali Ghanem.

Le principal fournisseur de carburant est l'Iran, puis l'Algérie et de la Russie, selon l'hebdomadaire économique en ligne The Syria Report.

"Les pertes dans le secteur pétrolier ont atteint 66 milliards de dollars à ce jour. Depuis 2010, la production de pétrole a reculé de 98% et celle de gaz de 52%", a-t-il dit lors de cette conférence organisée par la "Société syro-britannique", présidée par Fawaz al-Akhrasse, le beau-père du président Bachar al-Assad.

Les champs pétroliers et gaziers, situés dans l'est et le nord du pays, sont tombés aux mains des rebelles puis des jihadistes du groupe Etat Islamique (EI).

Selon le ministre, la production de brut est passée de 385.000 à 8.000 barils par jour (b/j), l'extraction de gaz de 21 millions à 9 millions de m3 par jour et celle de phosphate s'est arrêtée.

Malgré ce sombre tableau, M. Ghanem a pronostiqué pour cette année une légère augmentation de la production de pétrole, à 12.000 b/j, et celle de gaz, à 11,5 millions de m3/jour, ainsi qu'une reprise de la production du phosphate à 2,5 millions de tonnes annuelles.

Autre secteur sinistré, l'électricité. Selon le ministre de l'Electricité, Mohammed Zouheir Kharboutli, seuls 27% des besoins en électricité sont couverts contre 97% avant le conflit, "à cause du manque de fioul et de gaz".

Avant la guerre, 49,7 milliards de kilowatts-heure étaient produits annuellement contre 19 milliards aujourd'hui.

"Le montant total des pertes depuis le début de la guerre s'élève à 3,8 milliards de dollars", a estimé le ministre imputant cette diminution notamment au fait que plusieurs centrales et lignes électriques ont été détruites ou endommagées.

Dans les transports, les pertes se chiffrent à 4,5 milliards de dollars, selon le ministre Ali Hammoud.

L'enseignement a également été terriblement éprouvé. Selon le ministre de l'Education, Hazwane al-Wazz, 7.000 écoles ont cessé de fonctionner, soit le tiers des écoles de Syrie, et le nombre d'enseignants -qui était de 370.000 en 2010- a baissé de 37%.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 320.000 morts et plus de dix millions de déplacés et réfugiés.

rim/sk/nos/bpe