Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal est placé sous tutelle

Le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal est placé sous tutelle. Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), auquel il est affilié, en a fait l'annonce par communiqué, mardi matin.

Un administrateur national assumera donc les fonctions des dirigeants de ce qui constitue la section locale 301 du SCFP, «pour une période indéterminée».

Le SCFP évoque «de graves difficultés de fonctionnement au sein de la section locale».

«Une fois que les problèmes internes auront été réglés, de nouvelles élections auront lieu et la direction locale des affaires du syndicat sera rétablie avec un nouveau conseil exécutif élu», indique le communiqué.

Aucun détail n'a été révélé, mais la mise sous tutelle aurait été ordonnée après que des cols bleus eurent tenté d'intimider le directeur du SCFP-Québec, Marc Ranger, lors d'un congrès, plus tôt ce mois-ci.

La présidente actuelle du Syndicat des cols bleus, Chantal Racette, a dû répondre en mars dernier à des allégations d'irrégularités et de dépenses excessives. Sa direction est contestée depuis plusieurs mois.

Mme Racette attribue ces tensions aux changements qu'elle dit avoir apportés dans la conduite des affaires du syndicat depuis son élection, en avril 2015, elle qui est considérée comme une héritière de Jean Lapierre, qui a dirigé l'organisation de 1985 à 2003. Une statue a été érigée en l'honneur de M. Lapierre devant le siège du syndicat, avenue Papineau à Montréal.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.