NOUVELLES
30/05/2017 09:29 EDT | Actualisé 30/05/2017 09:40 EDT

Sigmar Gabriel en Turquie lundi pour évoquer Incirlik (Ankara)

Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a indiqué mardi qu'il recevrait lundi son homologue allemand Sigmar Gabriel afin d'évoquer le différend entre Ankara et Berlin au sujet de la base militaire d'Incirlik (sud de la Turquie).

"Lundi, le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel viendra en Turquie. Nous parlerons avec lui de la question d'Incirlik", a déclaré M. Cavusoglu lors d'une conférence de presse à Ankara retransmise à la télévision.

Cette base militaire est au coeur d'échanges acerbes depuis qu'Ankara a interdit, mi-mai, à des parlementaires allemands de s'y rendre pour rencontrer des soldats allemands qui y sont déployés. En réaction, Berlin a menacé d'en retirer ses troupes.

La base d'Incirlik, située dans le sud de la Turquie, sert notamment aux opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat Islamique (EI).

Ankara a justifié son interdiction en accusant Berlin d'avoir accordé l'asile politique à des ressortissants turcs, dont des militaires, accusés par le président Recep Tayyip Erdogan d'être liés à la tentative de putsch de juillet.

"A l'heure actuelle, il nous est impossible d'ouvrir Incirlik aux députés allemands", a réitéré mardi M. Cavusoglu. "Si (les Allemands) effectuent des pas positifs à l'avenir, alors nous y réfléchirons", a-t-il ajouté.

Le cas d'Incirlik a provoqué un nouvel accès de tensions entre la Turquie et l'Allemagne, deux partenaires au sein de l'Otan dont les relations se sont dégradées ces derniers mois.

L'interdiction en Allemagne de meetings de partisans de M. Erdogan dans le cadre de la campagne pour un référendum sur le renforcement des pouvoirs du président turc avait suscité la colère d'Ankara.

Berlin s'inquiète pour sa part de la situation des droits de l'homme en Turquie, en particulier depuis le putsch avorté qui a été suivi de purges massives.

En marge d'un sommet de l'Otan à Bruxelles la semaine dernière, M. Erdogan a exprimé à la chancelière allemande Angela Merkel sa désapprobation quant à l'asile accordé par Berlin aux militaires accusés par Ankara d'être des putschistes.

gkg/fjb